NOUVELLES
23/11/2015 23:41 EST | Actualisé 23/11/2016 00:12 EST

Un prix du carbone, plusieurs dispositifs

Il existe plusieurs manières, complémentaires, de donner un prix au carbone: une taxe, une norme d'émission, ou un marché sur lequel les quotas peuvent être échangés.

TAXE CARBONE

Il s'agit d'une somme prélevée en plus du prix de vente d'un produit en fonction de la quantité de gaz à effet de serre émis lors de sa production et/ou de son utilisation.

Une taxe carbone a été mise en place, entre autres, au Mexique ou dans plusieurs pays européens comme en Suède. Le Fonds monétaire international (FMI) s'est récemment déclaré en faveur de cette option qu'il considère être la "meilleure" en dépit des réticences des milieux d'affaires.

NORME D'EMISSION

Ce standard de référence est fixé par le législateur qui détermine une quantité d'émissions de gaz à effet de serre à respecter lors de la production d'un bien ou d'une technologie.

MARCHE DU CARBONE, OU SYSTEME D'ECHANGES DE QUOTAS

Ce mécanisme consiste à fixer des obligations de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, et permettre aux différents acteurs (entreprises ou pays) d'acheter et vendre des quotas (un quota correspond à une tonne de carbone), selon qu'ils ont trop émis ou au contraire réduit leurs émissions et se trouvent donc en-dessous du seuil fixé.

Il s'agit du système actuellement utilisé par l'Union Européenne, la Californie ou encore la Nouvelle-Zélande. La Chine, principal pays émetteur, a annoncé la mise en place d'un tel dispositif en 2017.

MECANISMES DE PROJETS DE REDUCTION DES EMISSIONS

Ces mécanismes ne fixent pas directement un prix au carbone, mais en sont complémentaires. Ils visent à compenser, de manière volontaire ou obligatoire, les émissions de gaz à effet de serre par le financement de projets permettant de réduire les rejets polluants, comme le reboisement.

jul/fka/cls