NOUVELLES
24/11/2015 03:25 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Somalie: les pirates s'emparent d'un bateau de pêche iranien

Des pirates somaliens ont attaqué deux bateaux de pêche et réussi à s'emparer d'un navire iranien avec 15 personnes à bord, a annoncé mardi un expert de la piraterie somalienne, ajoutant que l'embarcation capturée faisait route vers les côtes de Somalie.

"Deux navires ont été attaqués", a déclaré à l'AFP John Steed, de l'organisation Oceans Beyond Piracy qui vient en aide aux équipages pris en otage et suit la trace des bateaux attaqués.

L'un des deux, thaïlandais, a réussi à s'échapper, dans des circonstances peu claires. Les pirates se sont rendus maîtres de l'autre bateau, iranien, et de ses 15 membres d'équipage, et l'ont dérouté vers la localité portuaire d'Hobyo, au centre de la côte somalienne et fief de gangs de pirates, a-t-il expliqué.

"Il semble qu'il y ait trois pirates à bord du navire iranien, qui fait route vers la côte somalienne", a indiqué Mr Steed, contacté depuis Nairobi.

Cette dernière prise en date porte à au moins 56 le nombre d'otages aux mains des pirates, dont les 26 marins du Naham 3, petit bateau de pêche omanais capturé en mars 2012 et désormais réduit à l'état d'épave, et les 15 du Siraj, un bateau de pêche iranien capturé en mars 2015, première prise des pirates somaliens en trois ans.

A l'apogée de leur puissance, en 2011, les pirates somaliens détenaient plus de 700 otages et plus de 32 navires marchands, dont des pétroliers, freinant sérieusement l'activité maritime dans la Corne de l'Afrique.

Le déploiement d'une armada occidentale et diverses mesures prises par les armateurs - dont la présence de gardes armés à bord - ont eu largement raison de la piraterie somalienne ces dernières années.

Des experts ont récemment averti que la reprise de la pêche illégale par des navires de pêche étrangers au large de la Somalie, à la faveur de l'affaiblissement des pirates, menaçait des ressources essentielles aux populations locales qui pourraient à nouveau se tourner vers la piraterie.

Le phénomène avait pris son essor au milieu des années 2000 au large de la Somalie, où la surpêche illégale par des navires étrangers, profitant de l'absence d'Etat et du chaos ambiant au large d'un pays plongé dans la guerre civile, avait poussé de nombreux pêcheurs à rejoindre les gangs de pirates.

Les autorités de la région somalienne autonome du Puntland (nord-est) ont récemment saisi plusieurs bateaux accusés de pêcher illégalement dans les eaux somaliennes.

pjm/ayv/cyb/de