NOUVELLES
24/11/2015 05:21 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Le pétrole ouvre en hausse à New York face aux tensions au Moyen-Orient

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse mardi à New York, sur fond d'inquiétudes géopolitiques à cause d'une flambée des tensions entre la Russie et la Turquie, même si certains observateurs en relativisaient les conséquences pour le marché de l'or noir.

Vers 14H05 GMT, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en janvier prenait 91 cents à 42,66 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Cette hausse "semble être une réaction à ce qui s'est passé entre la Turquie et un avion russe", a jugé James Williams de WTRG. "Chaque fois qu'il y a une crise au Moyen-Orient, les cours réagissent dans l'immédiat."

L'armée turque a abattu mardi un avion militaire russe qui avait, selon Ankara, violé son espace aérien près de sa frontière avec la Syrie, ce qui, en provoquant une brusque montée des tensions entre les deux pays, attisent les inquiétudes géopolitiques sur l'offre d'or noir.

Toutefois, cette réaction du marché "ne va probablement pas durer, car, dans les faits, il y a peu de pétrole en jeu", que ce soit en Turquie ou en Syrie, a minimisé M. Williams.

Avant cet incident, le marché était déjà en légère hausse dans les échanges électroniques d'avant l'ouverture, bénéficiant comme la veille de propos jugés conciliants de l'Arabie saoudite quant à la nécessité de stabiliser la baisse des cours.

Alors que les prix ont chuté au deuxième semestre 2014 et n'ont pas réussi à rebondir durablement cette année, Ryad, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a manifesté lundi son souhait de travailler de concert avec les autres membres du cartel ainsi que les producteurs extérieurs.

"Certains acteurs du marché ont interprété cela comme le signe que l'Arabie saoudite est peut-être prête à accepter que l'Opep abaisse ses objectifs de production lors de sa prochaine réunion", le 4 décembre, ont rapporté les experts de Commerzbank. "A notre avis, il est trop tôt pour de telles suppositions."

"Le communiqué de l'Arabie saoudite ne comprend rien de nouveau et correspond à son discours officiel", ont-ils expliqué, reconnaissant toutefois que la stratégie agressive de Ryad était de moins en moins tenable pour le budget du pays, à moins que les prix du brut ne se reprennent.

jdy/jld/faa