NOUVELLES
24/11/2015 15:28 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

La Mauritanie met en service sa première centrale d'énergie éolienne

La première centrale d'énergie éolienne en Mauritanie, qui devrait fournir à Nouakchott, la capitale, 30 mégawatts (MW) soit 14% de ses besoins, a été officiellement mise en service mardi, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'infrastructure, d'un coût global de 43 millions d'euros fournis par l'Etat et le Fonds arabe pour le développement économique et social, se compose de 15 éoliennes de 2 MW chacune, réparties en trois lignes, ont indiqué ses responsables lors de l'inauguration par le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Elle comprend aussi des dispositifs de contrôle commande, des équipements électriques nécessaires au fonctionnement de l'installation et est reliée aux postes de desserte de Nouakchott en énergie électrique, selon les mêmes sources.

La Mauritanie "a fait du développement du potentiel éolien, qui était totalement inexploité, une priorité de son action en lui assignant une place prépondérante dans la politique de développement du secteur de l'électricité", a déclaré le ministre de l'Energie, Ahmed Salem Ould Béchir, au cours de la cérémonie.

"Notre pays a l'avantage de disposer d'un potentiel éolien considérable au niveau du littoral ainsi que d'un taux de radiation solaire parmi les plus élevés au monde", a souligné M. Ould Béchir.

Selon lui, avec cette réalisation et plusieurs autres projets mis en service, "les énergies nouvelles et renouvelables représentent aujourd'hui 25 % des capacités installées et leur production assure la couverture de 32 % de la demande globale" de la Mauritanie en électricité.

Parmi les projets évoqués figure une centrale solaire mise en service en avril 2013 avec une puissance de 120 MW, d'un coût de 32 millions de dollars (plus de 24 millions d'euros), réalisée grâce à un don des Emirats arabes unis.

"La mise en oeuvre du programme de développement des capacités de production a permis à la Mauritanie de passer en moins de six ans d'une situation déficitaire à une situation excédentaire", a conclu le ministre.

hos/cs/sst/jr