NOUVELLES
24/11/2015 06:20 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

La justice russe confirme la condamnation à 20 ans de prison du réalisateur ukrainien Oleg Sentsov

La justice russe a rejeté mardi l'appel du réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, confirmant sa condamnation à 20 ans de prison pour "terrorisme" et mettant un terme à un procès dénoncé par Kiev et les Occidentaux.

Sa condamnation "reste inchangée" et entre en vigueur, a déclaré un jury composé de trois juges, réuni dans un tribunal de Moscou, selon les agences de presse russes.

Oleg Sentsov et le militant écologiste ukrainien Alexandre Koltchenko, également jugé à ses côtés mais condamné à 10 ans de prison, ont suivi l'audience, retransmise par vidéo, depuis leur prison à Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie.

Des militants, habillés en jaune et bleu, les couleurs du drapeau ukrainien, ont lancé des slogans à la gloire de l'Ukraine devant le tribunal, selon une vidéo filmée par l'agence de presse Ukraïnski Novini.

Opposés à l'annexion de la Crimée par la Russie, Oleg Sentsov et Alexandre Koltchenko ont été condamnés en août pour "terrorisme" et "trafic d'armes". Arrêté en mai 2014 à son domicile de Crimée, M. Sentsov a été accusé d'avoir coordonné les activités d'un groupe ultranationaliste ukrainien qui prévoyait d'attaquer les organisations prorusses et les infrastructures de la péninsule.

Leur procès, qualifié de "stalinien" par l'ONG Amnesty International, a également été dénoncé par Kiev et les Occidentaux.

En les condamnant, la justice russe a "violé le droit international", a estimé Bruxelles, tandis que Washington y voit une "erreur judiciaire". Kiev a de son côté prédit que les "organisateurs" du procès se retrouveront un jour "sur le banc des accusés".

Outre Oleg Sentsov, "onze prisonniers politiques ukrainiens sont incarcérés dans les prisons russes", selon Kiev.

Le cas le plus connu est celui de la pilote d'hélicoptère Nadia Savtchenko, inculpée du meurtre de deux journalistes russes dans l'est de l'Ukraine à l'été 2014, dont le procès se déroule dans la ville russe de Donetsk. Elle risque jusqu'à 25 ans de prison.

am-all/pop/nm/mr