NOUVELLES
24/11/2015 11:45 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

L'utilisation d'une base de données des prescriptions éviterait les surdoses

VANCOUVER — Des morts par surdose pourraient être évitées en Colombie-Britannique si plus de médecins utilisaient une base de données provinciale pour faire le suivi des prescriptions d'opiacés, indique un rapport.

Le rapport d'un centre de recherche sur le VIH/sida indique que les opiacés comme l'oxycodone, un puissant analgésique, sont de plus en plus surprescrits aux patients, qui en deviennent dépendants.

Seuls 30 pour cent des médecins de la province sont inscrits au programme PharmaNet, qui leur permet de voir si un patient consomme trop d'opiacés en obtenant des prescriptions ailleurs.

Les médecins peuvent aussi utiliser PharmaNet pour s'assurer que les opiacés ne sont pas prescrits en même temps que d'autres médicaments potentiellement dangereux.

Entre 2005 et 2011, ajoute le rapport, le taux de prescription d'opiacés a augmenté de près de 50 pour cent, alors que la distribution d'oxycodone a bondi de 135 pour cent.

Ce taux de prescription étonne, indique le rapport, puisque de plus en plus de recherches démontrent que les opiacés ont une efficacité limitée à long terme pour soulager la douleur chronique non liée au cancer.