NOUVELLES
24/11/2015 02:18 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

France/Syrie: plus de trois ans de rupture des relations

Dates-clés des relations entre la France et la Syrie depuis la rupture des relations en 2012.

--2012--

- 2 mars: La France ferme son ambassade en Syrie pour dénoncer le "scandale" de la répression conduite par le régime de Bachar al-Assad contre sa population, annonce le président Nicolas Sarkozy.

- 29 mai: Le nouveau président François Hollande, à l'instar d'autres dirigeants occidentaux, annonce l'expulsion de l'ambassadrice en France, Lamia Chakkour, en réponse à un massacre quelques jours plus tôt dans la province centrale de Homs (au moins 108 morts, dont 49 enfants).

Lamia Chakkour reste cependant sur le territoire français en tant que représentante de son pays auprès de l'Unesco.

- 13 novembre: Hollande annonce que la France reconnaît la nouvelle Coalition de l'opposition comme "la seule représentante du peuple syrien".

--2013--

- Septembre: Après une attaque chimique en août, attribuée aux forces syriennes, Hollande est contraint de renoncer à lancer, au côté des Etats-Unis, des frappes sur les installations militaires syriennes pour "punir" le régime d'Assad, après une reculade de Barack Obama.

--2014--

- 28 août: Hollande affirme qu'Assad "ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme" en Syrie et en Irak, où les jihadistes de l'organisation de l'Etat islamique (EI) contrôlent plusieurs régions.

Face à l'essor et aux percées de l'EI, une coalition internationale menée par les États-Unis a été mise en place en septembre. La France y participe en Irak mais pas en Syrie.

--2015--

- 26 février: Hollande "condamne" le déplacement en Syrie de quatre parlementaires français, dont trois ont discuté avec Assad, dénonçant leur rencontre avec "un dictateur".

- 20 avril: Assad affirme que des contacts entre services de renseignement français et syriens existent en dépit de la rupture des relations.

- 27 septembre: La France change de stratégie et élargit son périmètre d'action miitaire à la Syrie où elle mène de premières frappes.

- 28 septembre: En Syrie, "on ne peut pas faire travailler ensemble les victimes et le bourreau", affirme Hollande, excluant ainsi Assad d'une solution politique.

- 14 novembre: La politique française au Moyen-Orient a contribué à "l'expansion du terrorisme", affirme Assad, qui se démarque de l'élan général de solidarité au lendemain des attentats revendiqués par l'EI qui ont fait 130 morts et 350 blessés à Paris.

- 16 novembre: Hollande annonce une intensification des opérations en Syrie, désignant l'EI comme "ennemi" prioritaire tout en soulignant qu'Assad ne peut "constituer l'issue" du conflit.

- 23 novembre: La France intensifie son engagement militaire contre l'EI avec l'utilisation du porte-avions Charles-de-Gaulle déployé en Méditerranée orientale.

Début d'une intense semaine diplomatique pour sceller un front anti-jihadistes uni, de Washington à Moscou.

acm/vdr/prh/ros