NOUVELLES
24/11/2015 01:00 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

COP21 et terrorisme: la France "veut être à la tête de la plus large coalition pour la vie" (Hollande)

La France entend "être à la tête de la plus large coalition pour la vie", à l'occasion de la COP21 qui s'ouvre lundi près de Paris comme dans la lutte antiterroriste après les attentats sanglants du 13 novembre, déclare le président François Hollande dans une interview à L'Express.

Comme on lui demande en quoi la lutte contre le dérèglement climatique et celle menée contre le terrorisme sont liées, dans cet entretien à paraître en ligne mercredi, le chef de l'Etat répond : "Mais c'est le même combat".

Le combat "consiste d'une part à protéger l'humanité des actions de mort que porte l'+Etat islamique+" et d'autre part "à préserver la planète de nos propres inconséquences, qui peuvent être, demain, des sources de conflit et de guerre", poursuit-il.

Ce double combat vise "le fanatisme qui tue aujourd'hui et l'indifférence qui consume notre planète", résume le président français.

Sur ces deux fronts, "la France est donc en première ligne et elle veut être à la tête de la plus large coalition pour la vie", dit-il, soulignant que "l'homme est toujours son propre ennemi".

"Je savais que Paris représentait un symbole, je n'imaginais pas que les attaques du 13 novembre nous le rappelleraient avec cette intensité", ajoute François Hollande.

La capitale française sera une nouvelle fois "la capitale du monde" le mois prochain et le théâtre d'une "sorte de révolution si la quasi-totalité des Etats du monde approuvent un accord contraignant (sur le climat) comprenant des obligations et des engagements financiers", souligne-t-il.

Les attentats jihadiustes commis à Paris le 13 novembre ont fait 130 morts et ont été revendiqués par le groupe Etat islamique.

Environ 140 chefs d'Etat ou de gouvernement sont attendus au premier jour de la COP21 pour donner une impulsion aux négociations qui s'ouvriront sous haute surveillance après les attentats.

ha/frd/lpt