NOUVELLES
24/11/2015 15:07 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Colombie: armée et guérilla progressent dans les opérations communes de déminage

Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc, en pourparlers de paix depuis trois ans, ont salué mardi les progrès obtenus dans les opérations communes de déminage, limitées pour le moment au secteur d'El Orejon, département d'Antioquia (nord-est).

"Après sept mois de travail ininterrompu dans la zone et sur la base d'informations communiquées par les Farc, des soldats du bataillon de déminage de l'armée de terre de Colombie ont désactivé 33 engins explosifs, résultat du nettoyage d'un peu plus de 14.000 m2", ont précisé le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) dans un communiqué commun.

Pour ces opérations de déminage, effectuées autour d'El Orejon, à 170 km au nord de Medellin, les militaires collaborent aussi avec APN (Aide du peuple norvégien), une ONG spécialisée.

"Ce n'est pas facile, mais c'est une expérience nouvelle pour nous tous et notre engagement vis-à-vis de la Colombie va au delà des sentiments personnels de chacun", a déclaré le sergent Fernando Sosa, selon une vidéo diffusée par le Bureau gouvernemental du haut commissaire pour la paix.

"Nous sommes liés à des parties qui s'affrontent depuis plus de 50 ans et cela fait que ce n'est pas facile pour nous (...) de franchir ce pas. Mais nous le faisons pour le pays", a ajouté un guérillero de la délégation des Farc, Olmedo Ruiz.

Gouvernement et guérilla ont exprimé l'espoir de rendre cette zone libre de mines "avant la fin de l'année" et d'y mettre en oeuvre un programme de remplacement des cultures illicites de drogues.

La Colombie est le premier pays du monde producteur de cocaïne et le deuxième le plus affecté par les mines anti-personnel, après l'Afghanistan, avec un total de quelque 11.000 victimes, morts et blessés, selon des chiffres officiels.

pcp/fpp/jr