NOUVELLES
23/11/2015 19:16 EST | Actualisé 23/11/2016 00:12 EST

Climat: front uni du Canada fédéral et provincial à la COP21 de Paris

Le gouvernement fédéral canadien et les provinces vont défendre à la conférence de l'ONU sur le climat une position commune sur les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a assuré lundi le Premier ministre Justin Trudeau.

A l'issue d'une réunion avec les Premiers ministres des provinces, première réunion de ce type depuis plus de six ans, le chef du gouvernement canadien a assuré que les uns et les autres sont "prêts à agir ensemble dans le combat contre les changements climatiques".

Sans donner d'objectifs différents du précédent gouvernement conservateur, soit une réduction des émissions de 30% d'ici 2030 par rapport à 2005, M. Trudeau veut à partir des conclusions de la conférence sur le climat de Paris (COP21) travailler en partenariat avec les provinces.

Le gouvernement fédéral rencontrera "les partenaires provinciaux et territoriaux dans les 90 jours après Paris pour prévoir la façon de combattre le changement climatique", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"Ce n'est pas suffisant d'avoir un objectif (de réduction des GES, ndlr), nous avons besoin d'un plan pour atteindre cet objectif".

"Cela a fait partie de la discussion que nous avons eue (lundi) et nous continuerons pendant les 90 jours après Paris pour nous assurer que nous allons de l'avant ensemble, pas seulement avec des objectifs forts mais également avec un plan crédible pour les atteindre", a déclaré M. Trudeau, entouré de tous ses homologues provinciaux.

En fonction de leurs particularités économiques, les provinces vont adopter des chemins différents pour atteindre les objectifs de réduction des GES.

La province pétrolière de l'Alberta a décidé dimanche d'adopter le principe du pollueur payeur en taxant la tonne de carbone, une initiative saluée bien sûr par les écologistes mais également par l'industrie pétrolière.

En revanche, dans la province voisine de la Saskatchewan, le Premier ministre conservateur Brad Wall s'est inquiété de l'impact de la mise en place pouvant frapper de plein fouet le secteur pétrolier déjà mis à mal par la chute des prix du brut.

"Des dizaines de milliers de Canadiens ont été licenciés dans ce secteur", a rappelé Brad Wall. Alors que "nous nous préparons pour Paris à afficher un front national et constructif au monde entier, nous devons être conscient de cela et s'assurer de ne pas toucher un peu plus un secteur qui fait face à de grandes difficultés", a-t-il dit.

mbr/plh