NOUVELLES
24/11/2015 00:34 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Bosnie: explosion sur le toit d'un poste de police, la piste "terroriste" pas exclue

La police de Bosnie a annoncé que l'explosion d'un engin, d'origine inconnue, jeté sur le toit du poste de police à Zavidovici (centre) dans le nuit n'avait provoqué que des dégâts matériel et que la piste d'un acte terroriste n'était pas exclue.

L'attaque, qui est l'oeuvre d'un inconnu, contient des "éléments liés au terrorisme", a déclaré Aldina Ahmic, une porte-parole de la police.

Elle intervient une semaine après une fusillade à Sarajevo lorsqu'un homme lié aux milieux islamistes a tué deux militaires bosniens à l'arme automatique, une attaque qui représentait sans doute un "acte terroriste", selon les autorités bosniennes.

L'engin explosif a été jeté sur le toit du poste de police à Zavidovici vers 01H00 locale (00h00 GMT), a-t-on précisé de même source.

"Nous ne disposons pas pour l'instant de beaucoup d'informations mais (...) il a été établi qu'il existe des éléments liés à un acte de terrorisme", a indiqué Mme Ahmic.

Le parquet bosnien, qui s'est saisi de l'affaire, a mis en place une équipe spéciale chargée de l'enquête.

Mercredi dernier à Sarajevo, un homme âgé de 34 ans et armé d'un fusil automatique, avait tué deux militaires qui se trouvaient dans un bureau de paris, près d'une caserne de la banlieue de Sarajevo.

Il a ensuite tiré dans la direction d'un autobus à bord duquel le chauffeur et deux passagers, dont un militaire, ont été légèrement blessés par des bris de verre. La presse citait jeudi des témoins affirmant que l'assaillant avait crié "Allah Akbar! avant de commencer à tirer dans la direction des militaires.

Après l'attaque, il s'était retranché dans une maison et s'est suicidé en activant un engin explosif.

Peuplée de 3,8 millions d'habitants, la Bosnie compte environ 40% de musulmans qui dans leur écrasante majorité sont adeptes d'un islam modéré. Le reste de la population est formée notamment de chrétiens, orthodoxes et catholiques.

La dernière attaque similaire remontait à avril, lorsqu'un homme âgé de 24 ans avait tué avec un fusil à pompe un policier devant un commissariat à Zvornik (est) aux cris de "Allah Akbar". Il avait blessé deux autres policiers, avant d'être abattu.

rus-ljv/mat/pt