NOUVELLES
24/11/2015 03:48 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Barrett Martineau ou ce qu'un pichet de bière peut faire...

Le Canadien Barrett Martineau amorcera sa deuxième saison de Coupe du monde de skeleton ce week-end, à Altenberg, en Allemagne.

Mais avant de se lancer tête première dans les couloirs glacés, l'athlète de 24 ans, de Calgary, a fait du saut à ski!

Martineau aurait voulu représenter le Canada aux Jeux de 2010 à Vancouver en combiné nordique (ski de fond et saut à ski), mais il ne s'est pas qualifié.

Il a pu obtenir un poste d'ouvreur pour les épreuves de saut à ski aux Jeux de 2010... pas de quoi le combler.

Quand il a vu Jon Montgomery (médaillé d'or en skeleton en 2010) tenir bien haut son pichet de bière dans le village de Whistler, il a compris qu'il pouvait écrire une autre page de sa carrière sportive.

Il a arrêté la compétition et, pour payer son loyer, a entraîné des jeunes au saut à ski pendant cinq mois.

« Cette vie normale ne me convenait pas. J'ai eu tellement de mal à quitter ma peau d'athlète. Je sentais qu'il me restait quelque chose à accomplir », se rappelle-t-il.

Il s'est alors lancé à fond dans le skeleton.

« Le ski de fond m'a donné le goût de l'entraînement et du travail, le saut à ski m'a donné le goût de sentir l'adrénaline monter. C'était parfait pour le skeleton », affirme-t-il.

Les yeux sur Pyeongchang

Martineau a rapidement gravi les échelons. Il a été médaillé de bronze aux Championnats du monde juniors en 2012.

« Il est devenu un athlète très complet, explique son entraîneur Ivo Pakalns. Comme il a déjà connu le haut niveau, il me rend la tâche facile, car il comprend bien des choses, jusque dans les plus petits détails. »

Martineau a continué à entraîner de jeunes athlètes en saut à ski jusqu'à ce qu'il puisse se joindre au circuit de Coupe du monde de skeleton l'an dernier.

À sa première saison, son meilleur résultat a été une 16e place, et il a obtenu le 20e rang aux Championnats du monde.

« Je souhaite pour cette deuxième saison obtenir des résultats dans le top 10, voire top 6, dit-il. Je ne connais pas toutes les pistes en Europe. »

Son but est de participer aux Jeux de 2018 à Pyeongchang, en Corée du Sud. 

« J'ai une chance d'aller aux Jeux, j'ai ce qu'il faut pour, croit-il. Si les planètes sont alignées, je devrais pouvoir me débrouiller. »