NOUVELLES
24/11/2015 03:37 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Bangladesh: la police enquête sur le meurtre possible d'une Japonaise

Une femme d'affaires japonaise vivant au Bangladesh pourrait avoir été assassinée et enterrée sous un faux nom, a indiqué la police mardi.

Hiroe Miyata, sexagénaire, a été enterrée le mois dernier à Dacca sous une fausse identité, ce qu'ont découvert les policiers en examinant les registres d'un cimetière musulman.

L'enquête a été ouverte après que sa mère eut averti l'ambassade du Japon à Dacca de la disparition de sa fille le 19 novembre.

"Nous enquêtons comme s'il s'agissait d'un meurtre" en attendant le résultat de l'autopsie qui doit déterminer la cause de la mort, a dit à l'AFP un enquêteur sous couvert d'anonymat.

Cinq hommes travaillant avec la victime ont été arrêtés lundi soir et maintenus en détention par un tribunal de Dacca pour la poursuite de leur interrogatoire, a-t-il ajouté.

La Japonaise vivait et travaillait à Dacca depuis dix ans, a dit un autre policier.

"Elle est morte dans des circonstances mystérieuses", a dit ce policier à l'AFP, sous couvert d'anonymat, précisant que la femme a été enterrée sous un nom musulman.

"Nous avons demandé à un tribunal d'ordonner l'exhumation du corps pour déterminer la cause de la mort".

Cette affaire intervient après le meurtre d'un agriculteur japonais et d'un travailleur humanitaire italien ces derniers mois, deux crimes revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI).

Un prêtre italien a également été blessé par balle la semaine passée, action également revendiquée par l'EI.

Le gouvernement dément la présence du groupe jihadiste au Bangladesh et impute ces attaques à une organisation islamiste locale interdite.

sa-sj/tha/ef/alc