NOUVELLES
24/11/2015 08:20 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Allemagne: l'énergéticien RWE visé par une action en justice pour la fonte des glaces dans les Andes

Un fermier péruvien a saisi la justice en Allemagne contre l'énergéticien allemand RWE, l'accusant d'être partiellement responsable de la fonte des glaces dans les Andes et de la mise en danger de son habitation, a annoncé mardi l'ONG Germanwatch.

Saúl Luciano Lliuya, nom de ce fermier, a lancé une procédure judiciaire contre RWE devant le tribunal de grande instance de Essen (ouest de l'Allemagne), affirme dans un communiqué l'organisation environnementale allemande qui soutient cette initiative.

Le plaignant "craint pour sa ville de Huaraz (capitale de la province de Ancash, dans le nord du Pérou, ndlr), qui est menacée par une possible vague d'inondations", est-il précisé.

RWE, numéro deux allemand de l'énergie et premier producteur de charbon en Europe, "produit des émissions de CO2 considérables, principalement via ses centrales électriques à charbon, ce qui provoque une hausse mondiale de la température, cause la fonte des glaciers et conduit à une menace aggravée des biens de" M. Luciano, a commenté son avocate, Roda Verheyen, citée par Germanwatch.

Selon ce communiqué, le fermier réclame quelque 20.000 euros au groupe allemand pour financer les travaux nécessaires à la sécurisation de Huaraz.

"Le dépôt d'une plainte contre une entreprise par une personne affectée par le changement climatique" constitue une première, affirme Germanwatch.

Contacté par l'AFP, RWE n'a fait aucun commentaire concernant cette information: "nous avons seulement appris par voie de presse que l'avocate de M. Saúl Luciano a ouvert une action en justice", a fait savoir le groupe.

Le tribunal n'était pas non plus en mesure de confirmer le dépôt d'une telle plainte, dont l'enregistrement sur le système informatique dure généralement de deux à trois jours, a précisé un porte-parole de la cour.

Depuis 1702, la région de Huaraz a connu plusieurs inondations meurtrières et destructrices. L'une des plus graves, en 1941, a tué en moins de quatre heures 7.000 personnes. Depuis, les autorités péruviennes contrôlent le niveau du lac Palcacocha, situé à 4.500 mètres au-dessus du niveau de la mer, et des autres lacs de la région, tout aussi dangereux.

Les experts craignent depuis plusieurs années que le glissement d'un pan du glacier Cupi dans le lac Palcacocha provoque un violent raz-de-marée sur la ville de Huaraz.

bt/maj/we

RWE