NOUVELLES
21/11/2015 09:29 EST | Actualisé 21/11/2016 00:12 EST

Six Russes tués dans l'attaque de Bamako (Affaires étrangères)

Six Russes ont été tués vendredi dans la prise d'otages dans un grand hôtel de Bamako, au Mali, a annoncé samedi le ministère russe des Affaires étrangères, précisant qu'ils travaillaient pour une entreprise de fret aérien.

"Parmi les morts figurent six citoyens de notre pays", a affirmé le ministère dans un communiqué, citant l'ambassade russe au Mali. Ils "ont été tués par balle par les assaillants au restaurant dès les premières minutes de l'attaque".

Au total, 12 Russes, tous des employés de l'entreprise de fret aérien Volga-Dnepr, étaient présents au moment de l'attaque contre l'hôtel Radisson Blu, a précisé le gouverneur Sergueï Morozov de la région d'Oulianovsk où se trouve le siège de la compagnie.

"Six d'entre eux se reposaient dans leurs chambres au Radisson, dont le commandant de l'équipage, qui s'était barricadé dans la sienne et qui recevait en temps réel des informations" sur l'attaque, a raconté le gouverneur à l'agence de presse russe Interfax.

Six autres membres de l'équipage "étaient au rez-de-chaussée, près de la réception et ce sont eux, malheureusement, qui ont été visés par les criminels. Ils ont été gravement blessés et les sauver était impossible", a-t-il ajouté.

Cinq d'entre eux venaient de la région russe d'Oulianovsk, a-t-il indiqué, précisant que la région observera un jour de deuil lundi. Les corps des victimes devraient être rapatriés d'ici là dans leurs régions respectives.

Plus tôt samedi, le président Vladimir Poutine a transmis à son homologue malien Boubakar Keita "ses condoléances", qualifiant l'attaque d'"inhumaine".

"Le crime inhumain commis dans la capitale malienne confirme encore une fois que le terrorisme ne connaît pas de frontières et présente un réel danger pour le monde entier", a-t-il déclaré, selon un communiqué du Kremlin, soulignant que les victimes du "terrorisme" étaient "des personnes de différentes nationalités et croyances".

"La seule façon de faire face à cette menace est d'avoir une large coopération internationale", a-t-il ajouté, alors que la Russie appelle à une coalition élargie pour lutter contre l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie.

Pour le ministère russe, l'attaque de l'hôtel "a pour but de déstabiliser la situation au Mali et saborder le processus du règlement du conflit au sein du pays".

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ils en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit.

am-all/cr/