NOUVELLES
21/11/2015 12:46 EST | Actualisé 21/11/2016 00:12 EST

Le vitis riparia: une vigne sauvage qui n'a pas peur de l'hiver

C'était jour de récolte, samedi, pour un vigneron de Saint-Wenceslas dans le Centre-du-Québec. Rémi Martel fait ses vendanges tardivement en novembre, ce n'est pas pour faire du vin de glace, mais parce qu'il cultive le seul raisin qui pousse à l'état sauvage au Québec: le vitis riparia.

D'après un reportage d'Alexandre Duval

« Les gens ne savent pas qu'on a une vigne qui pousse à l'état naturel ici, explique le propriétaire des Entreprises Riparia, Rémi Martel. Je vous dirais que même moi, avant de partir le vignoble, j'ignorais qu'on avait une vigne indigène. » Rémi Martel a planté ses premières vignes en 2008 après avoir pris sa retraite. Il est le seul au Québec à cultiver le vitis riparia pour en produire du vin à l'échelle commerciale.

Ses vignes résistent à moins 40 degrés Celsius et produisent des raisins bleus, à peine plus gros qu'un bleuet, ce qui lui permet de les récolter un 21 novembre sans craindre le gel. « En le laissant [raisin] jusqu'au mois de novembre, dit-t-il. Ça permet de concentrer les sucres en partie, et il va perdre une bonne partie de l'acidité. »

Riparia est le mot latin qui signifie rivage. Le vitis riparia est donc une vigne qui pousse le long des cours d'eau, pratiquement de la Gaspésie jusqu'aux Grands Lacs, selon le vigneron. Son vin dont la première cuvée date de 2010 a un goût unique. « C'est un vin fruité, un vin sec, mais fruité, précise ce pionnier. Des fois, j'ai l'impression que c'est de la cerise. »