NOUVELLES
21/11/2015 09:38 EST | Actualisé 21/11/2016 00:12 EST

Hélicoptères et chiens policiers: le clasico sous haute protection à Madrid

Hélicoptères, policiers, chiens et gardes de sécurité par milliers: les supporters ont dû franchir des contrôles innombrables samedi à Madrid avant de pouvoir suivre l'affrontement Real Madrid FC Barcelone du Championnat d'Espagne, une semaine après les attentats sanglants de Paris.

Quelque 1.000 policiers ont été mobilisés pour protéger le stade Santiago-Barnabeu et 1.400 gardes de sécurité contribuaient à la surveillance du match de football le plus suivi au monde, avec une audience estimée de 500 millions de téléspectateurs.

"J'ai 20 ans et je viens ici depuis toujours, je n'ai jamais vu ça", assurait l'étudiant Borja Jimenez, en prenant un verre avant d'entrer dans le stade, où avait été déployé un immense drapeau français.

"C'est super-sécurisé, personne ne pourrait introduire une bombe ici", a estimé ce supporter du Real, qui a été contrôlé trois fois avant de pouvoir entrer dans le périmètre de sécurité établi par les autorités dans les rues adjacentes au stade.

Les autorités ont pris ces mesures sans précédent après que le Stade de France a été une des cibles des attentats qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés vendredi dernier à Paris.

Sous les yeux de policiers postés tous les cinq mètres, les supporters ont du faire la queue pour pénétrer dans le stade qui peut accueillir 81.000 personnes, et faire fouiller leurs sacs et vider leurs poches. Des rondes de chiens policiers et des policiers à cheval complétaient le dispositif.

Le déploiement ne semblait pas doucher l'enthousiasme des milliers de fans, certains venus d'aussi loin que le Tadjikistan, d'autres de France, comme Mélanie Bezzazi, 25 ans, dont les proches s'inquiétaient de ce déplacement à Madrid.

"On ne peut pas non plus se priver de tout, tout annuler... Ils ont annulé pas mal de choses en France, pas mal d'évènements donc c'est vrai qu'on est venu ici en espérant profiter un peu. Il faut quand même continuer", a expliqué la jeune femme, drapeau français sur les épaules.

La police avait minutieusement fouillé le périmètre longtemps avant le match. Les contrôles de voitures et des coffres, assez fréquents dans les artères de Madrid, avaient commencé la veille aux alentours du "Bernabeu".

Sur leur garde, les autorités ont néanmoins essayé de dissiper toute anxiété.

"Il n'y a pas de menace REELLE sur le Madrid-Barça ce week-end. Faites nous confiance pour votre sécurité et AMUSEZ VOUS", a twitté la police nationale.

Pour le journal catalan La Vanguardia, ce clasico "est une rencontre sportive mais aussi une démonstration de résistance au terrorisme".

Le match a été précédé d'une minute de silence, et d'une diffusion de la Marseillaise en hommage aux victimes des attentats de Paris.

mbx/pmr/mbx/cls