NOUVELLES
21/11/2015 06:29 EST | Actualisé 21/11/2016 00:12 EST

Afghanistan: des Hazaras chiites enlevés par un chef taliban local

Sept ou huit membres de la communauté hazara d'Afghanistan ont été enlevés samedi par un chef taliban local pour une dispute sur du bétail, a-t-on appris auprès des autorités locales, une nouvelle agression contre cette minorité chiite.

Dans la province instable de Zaboul, à mi-chemin entre Kaboul et Kandahar, la grande ville du sud afghan, des hommes armés ont arrêté à l'aube trois autocars et "enlevé 17 passagers avant d'en relâcher neuf", a expliqué Wazir Mohammed Jawadi, gouverneur du district de Shah Joy, où l'incident s'est produit. "Ils ont gardé huit otages", qui appartiennent tous à la minorité hazara, dont les membres sont reconnaissables à leurs traits asiatiques et sont musulmans chiites.

Mirwaïs Noorzaï, chef de la police provinciale, a évoqué "sept otages hazaras".

C'est dans cette même province de Zaboul que 31 personnes, dont une majorité de Hazaras, avaient été enlevées en février par des combattants ralliés à l'organisation de l'Etat islamique (EI). Et il y a deux semaines, les corps décapités de sept Hazaras y ont été découverts, un acte commis là aussi par des insurgés se réclamant de l'EI, selon les autorités locales.

D'après M. Noorzaï, le mollah Taqwa, un commandant taliban nomade a ordonné les enlèvements de samedi parce que des Hazaras lui auraient "volé des moutons" dans la province voisine de Ghazni. "Le mollah Taqwa s'est engagé à libérer les otages si les Hazaras relâchent son bétail", a-t-il expliqué.

Interrogé par l'AFP, Qari Youssef Ahmadi, un porte-parole des talibans, a assuré que le mouvement allait "enquêter" sur cet incident.

Les Hazaras comptent pour environ 10% de la population afghane et étaient parfois persécutés par les talibans à l'époque où ces derniers dirigeaient l'Afghanistan (1996-2001). Aujourd'hui, ils dénoncent une hausse des agressions à leur encontre, notamment de la part de combattants se réclamant de l'EI, des extrémistes sunnites qui considèrent les chiites comme des "apostats".

Pour preuve, après l'enlèvement des 31 personnes en février, dont la plupart ont été libérées depuis, puis la décapitation des sept Hazaras, des milliers d'Afghans ont manifesté il y a dix jours à Kaboul pour réclamer davantage de sécurité.

str-gde/lpt