NOUVELLES
20/11/2015 06:59 EST | Actualisé 20/11/2016 00:12 EST

WEC/Six Heures de Bahreïn: Webber en pole pour le titre mondial

La Porsche 919 Hybrid de l'Australien Mark Webber, associé à Brendon Hartley et Timo Bernhard, partira en pole position samedi pour les Six Heures de Bahreïn, 8e et dernière manche du Championnat du monde d'endurance (WEC).

Webber et ses deux acolytes, le Néo-Zélandais et l'Allemand, seront donc idéalement placés pour conquérir le titre mondial des pilotes d'endurance, car cette "pole", la 11e d'affilée pour Porsche depuis fin 2014, leur donne 13 points d'avance (156 à 143) sur le seul équipage qui peut encore les battre, le trio de pointe d'Audi, constitué de Benoît Tréluyer, Marcel Fässler et André Lotterer.

L'équipage de la Porsche N.17 a déjà participé activement à la conquête du titre constructeurs pour Porsche, en gagnant au Nürburgring, à Austin, Fuji et Shanghai, dans la foulée de la victoire de la marque de Stuttgart aux 24 Heures du Mans, grâce notamment à Nico Hülkenberg.

Pour atteindre leur Graal, Webber, Hartley et le très expérimenté Bernhard, vainqueur des 24 Heures du Mans en 2010 dans une Audi, devront terminer dans le Top 4 samedi soir sur le circuit de Sakhir, en cas de victoire du trio Tréluyer-Fässler-Lotterer.

L'équipage Audi, deux fois victorieux en début de saison, à Silverstone et Spa, est ensuite monté sur tous les podiums de l'année, sans exception.

Très populaire pendant son long séjour en F1, notamment chez Red Bull aux côtés de Sebastian Vettel, Webber, 39 ans, a choisi de revenir en endurance fin 2013, dans la catégorie où il avait commencé à se faire remarquer en Europe, à la fin des années 90, dans un proto Mercedes.

Un autre ex-pilote de F1, l'Autrichien Alex Wurz (ex-Williams et McLaren), 41 ans, tirera sa révérence samedi soir dans le désert près de Manama, après une 28e course d'endurance dans une Toyota. Double vainqueur des 24 Heures du Mans, et père de trois enfants, Wurz est aussi président de l'Association des pilotes de Grand Prix (GPDA). Il a gagné cinq fois dans un proto japonais, la dernière l'an dernier à Bahreïn, quand les TS040 Hybrid sont devenues championnes du monde 2014.

Enfin, dans la catégorie LMP2, celle des petits prototypes privés et non-hybrides, l'Alpine à moteur Nissan de l'écurie Signatech, partagée par Nelson Panciatici, Paul-Loup Chatin et Tom Dillmann, partira elle aussi en pole position, avec l'objectif de finir la saison en beauté, en gagnant pour la deuxième fois d'affilée après Shanghai.

dlo/pel