NOUVELLES
20/11/2015 12:08 EST | Actualisé 20/11/2016 00:12 EST

Un haut fonctionnaire belge tué dans la prise d'otages de l'hôtel Radisson à Bamako (employeur)

Un haut fonctionnaire belge a été tué dans la prise d'otages de l'hôtel Radisson de Bamako, a annoncé vendredi son employeur, le parlement de la communauté francophone de Belgique.

Ce haut fonctionnaire au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles "était en mission à Bamako dans le cadre d'une convention de collaboration avec la francophonie parlementaire pour une durée de trois jours", a indiqué l'assemblée dans un communiqué. Le ministère belge des Affaires étrangères avait auparavant fait état de quatre Belges enregistrés dans l'hôtel.

Geoffrey Dieudonné, âgé d'une quarantaine d'années, "donnait avec d'autres collègues étrangers un séminaire de formation à l'attention des fonctionnaires parlementaires maliens", selon le communiqué.

Dans le complexe système fédéral belge, la Communauté française de Belgique, également appelée "Fédération Wallonie-Bruxelles", est l'instance politique représentative des quelque 5 millions de francophones de Belgique. Elle a pour principales compétences l'enseignement, la culture et l'audiovisuel et dispose d'un parlement et d'un gouvernement autonomes.

Dans une déclaration faite à Paris, Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, a rendu hommage à Geoffrey Dieudonné.

"Plusieurs personnels de l'Organisation internationale de la Francophonie, des membres de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie et de l'Université Senghor, une autre importante institution de la Francophonie, étaient présents dans cet hôtel", a-t-elle indiqué dans sa déclaration.

M. Dieudonné et ses collègues étaient à Bamako "pour le Forum francophone sur la diversité des expressions culturelles que nous allions ouvrir dans deux jours, ils étaient là aussi pour un séminaire de renforcement des capacités des fonctionnaires parlementaires maliens, et de la gouvernance, l'un de nos programmes importants surtout dans le cadre de la reconstruction du Mali", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle avait elle même prévu de se rendre à Bamako samedi.

Le groupe jihadiste Al-Mourabitoune a revendiqué la prise d'otages dans cet hôtel de la capitale malienne, qui a fait au moins 27 morts.

axr-siu-ms/lpt