NOUVELLES
20/11/2015 05:44 EST | Actualisé 20/11/2016 00:12 EST

Thomas Bach propose une révision du dépistage des drogues avant les JO de Rio

PRAGUE, République tchèque — Le président du CIO, Thomas Bach, a proposé une révision des opérations de l'Agence mondiale antidopage (AMA), y compris la création de tests indépendants et d'unités de collecte de renseignements professionnels, afin d'éviter le type de scandales qui ont frappé la Russie et l'athlétisme.

Bach a également recommandé que toutes les sanctions pour dopage soient prononcées par le Tribunal arbitral du sport (TAS), plutôt que par les différents organismes sportifs ou l'AMA.

Bach a aussi révélé que le responsable du comité olympique russe l'a informé des «premières étapes importantes» qui ont été prises pour réformer le programme antidopage du pays à la suite de la suspension de sa fédération d'athlétisme.

Bach a parlé lors d'un discours à l'ouverture à Prague de l'assemblée générale des comités olympiques européens, avec des responsables russes parmi l'assistance.

Il y a un mois, il a été proposé lors d'un sommet des dirigeants olympiques que les tests de dépistage soient retirés des mains des organisations sportives, et que l'AMA devrait prendre en charge les tests à l'échelle mondiale afin d'assurer une plus grande crédibilité. Les dirigeants de l'AMA ont convenu cette semaine d'étudier cette idée.

Vendredi, Bach a formulé trois propositions à l'intention de l'AMA afin d'assurer un système antidopage efficace et harmonisée au niveau mondial:

— Mettre en place une unité chargée des contrôles et des résultats au sein de l'AMA et indépendante des fonctions de surveillance. Les fédérations sportives devraient lui transférer leur système de contrôle antidopage et lui fournir les ressources financières. Les gouvernements devraient soutenir la nouvelle organisation de façon logistique et financier.

— Établir une «unité professionnelle de collecte de renseignements» à l'intérieur de cette nouvelle organisation. Cette unité s'occuperait de la conformité auprès des organismes nationaux antidopage et des laboratoires d'analyse accrédités par l'AMA. Cela contribuerait à rendre «conforme en tout temps et de manière à protéger les sportifs propres dans le monde.»

— Les suspensions pour dopage et autres sanctions seraient prononcées seulement par le TAS, le tribunal d'arbitrage installé en Suisse qui s'occupe actuellement des appels pour dopage et d'autres cas. Bach a précisé que le changement rendrait le processus moins coûteux et conduirait à une harmonisation entre tous les sports et les pays.

«Nous sommes convaincus que l'adoption de ces propositions conduirait à un système plus efficace, plus transparent, plus simple, moins coûteux et plus harmonisée, a déclaré Bach. Il protégerait mieux les athlètes propres et renforcerait la crédibilité du sport.»

Entre-temps, Bach a révélé que l'AMA serait responsable d'un programme de collecte de renseignements financé par le CIO pour faire le dépistage des drogues dans le cadre des préparatifs aux Jeux olympiques de l'an prochain à Rio de Janeiro.