Vivre

Duo Gourmand : risotto milanais de Stefano et vin blanc d'Italie

Duo Gourmand: C'est qui? C'est quoi?

Marie-Claude Di Lillo, journaliste culinaire et foodie invétérée, et Guénaël Revel, sommelier et cuistot à ses heures! Amis dans la vie, nous fréquentons beaucoup les restaurants et la SAQ!

Vous êtes gourmands, tout comme nous, et aimez le vino? On vous propose de découvrir une recette inspirée d’un restaurant montréalais, et son accord avec un vin sélectionné par Guénaël. Amusez-vous à reproduire la recette dans sa version simplifiée chez vous.

Cette semaine, on vous offre une recette végétarienne des plus goûteuses issue du répertoire culinaire italien. Comme quoi végétarisme et plaisir peuvent rimer ensemble! Et, du même coup, on s’invite dans la cuisine d’un des chefs les plus célèbres du Québec…

Recette : Risotto milanais

Le secret de ce plat, c’est notre chef et animateur d’origine italienne préféré, Stefano Faita, qui nous le donne. Vous le retrouverez aussi détaillé dans son dernier livre Dans la cuisine avec Stefano Faita –plus de 250 recettes de l’entrée au dessert, paru l’an passé aux Éditions du Trécarré.

Stefano avoue que le risotto est son plat réconfortant fétiche. Cette version d’un classique du nord de l’Italie ne figure pas au menu des restaurants Impasto ou Pizzeria Gema à Montréal, mais on peut y déguster tout de même d’autres risottos tout aussi savoureux.

On prépare celui-ci avec du safran et du vin blanc. « Tout simple, mais si élégant et délicieux ! », nous affirme Stefano. « Si vous aimez les risottos, c’est un bon moyen de commencer avec un des plus faciles à cuisiner. Et après vous pourrez essayer d’autres variantes. » Le chef ajoute que traditionnellement, en Italie, le risotto peut se manger comme plat principal ou, pour les plus carnivores, en plat d’accompagnement à côté de la viande.

Chez lui, comme dans ses restaurants, Stefano aime faire régner une atmosphère de convivialité. Sa cuisine n’est pas hyper compliquée mais elle est pleine de saveurs, brillamment exécutée et chaleureuse. À l’image de ce charismatique chef, ses assiettes sont généreuses et ses recettes accessibles à tous.

C’est un peu comme manger de la cuisine de la mama… dès les premières bouchées de ses plats, on se sent tout de suite réconforté, comme étreint par de gros bras joufflus et aimants ! On vous laisse donc découvrir cette recette, que vous aimerez déguster avec un bon vin choisi spécialement par mon collègue Guénaël Revel... Buon Appetito !

L’accord en vin

La recette de Stefano paraît simple, toutefois le choix des ingrédients est déterminant. Il en va de même pour le vin : un cépage donné sur un sol particulier vous offrira une vraie expérience gustative.

Pour cette chronique, je ne suggérerai qu’un seul vin : un blanc, mais quel blanc! Aussi charmeur qu’abordable : un chardonnay de l’une des plus grandes signatures d’Italie : Pio Cesare.

Et pour mieux comprendre le comportement d’un vin en bouche et le vocabulaire qui le décrit, on va faire de la géométrie! En effet, il faut entrer dans l’univers des volumes lorsque vous dégustez du vin. Pour la première gorgée de celui-ci, c’est l’impression d’une sphère qui se dessine en bouche dont l’enveloppe mord légèrement. On parlera donc d’un vin rond, voire gras, à la sensation aromatique de fruits blancs (pommes, agrumes). Cette fraîcheur acidulée complète merveilleusement le caractère lactique du parmesan, tandis que la texture du vin s’associe adéquatement au riz, devenu onctueux et parfumé grâce au bouillon. Vous voyez, la sommellerie, c’est facile… J’allais oublier : une fois votre première gorgée avalée, vous percevrez des saveurs d’amandes douces et de miel. Elles sont dues au passage partiel du vin en barrique et à la nature même du chardonnay. Cette sensation complètera l’harmonie avec le beurre de la préparation. Ça donne faim, non?