NOUVELLES
20/11/2015 10:00 EST | Actualisé 20/11/2016 00:12 EST

Les syndiqués de Bombardier rassurés par l'investissement de la CDPQ

MONTRÉAL — Les syndiqués de l'usine de Bombardier à La Pocatière accueillent avec un soupir de soulagement l'investissement de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans la division transport de la multinationale.

Au lendemain de la transaction, leur président, Mario Guignard, a estimé vendredi que cela mettait fin aux nombreuses questions quant à l'avenir des activités de fabrication de matériel roulant.

Plusieurs employés se demandaient entre autres qui auraient été les acheteurs des actions dans l'éventualité d'une entrée partielle en Bourse en Allemagne de Bombardier Transport — un scénario qui était envisagé depuis quelques mois.

De plus, a ajouté M. Guignard, les rumeurs selon lesquelles des sociétés chinoises auraient tenté de mettre la main sur une partie ou la totalité de la division ferroviaire en inquiétaient plus d'un.

Dans le cadre de l'entente, la CDPQ investira notamment 1,5 milliard $ US en échange d'une participation de 30 pour cent dans une nouvelle entité — BT Holdco — qui chapeautera tous les actifs de Bombardier Transport.

Entre-temps, la direction de Bombardier (TSX:BBD.B) s'est montrée rassurante à l'endroit de ses employés, dans une note interne qu'a pu consulter La Presse Canadienne, en assurant que la transaction n'entraînerait pas de changements majeurs dans les activités quotidiennes.

Présenté comme une «foire aux questions», le document de quatre pages souligne entre autres que la société ne prévoit «aucun plan de modification des équipes» et qu'il n'y a rien à annoncer concernant des réductions de personnel.

Selon M. Guignard, l'usine située dans le Bas-Saint-Laurent compte actuellement environ 170 syndiqués actifs en raison d'une période de mises à pied partielles puisque certains contrats arrivent à échéance.