NOUVELLES
20/11/2015 03:51 EST | Actualisé 20/11/2016 00:12 EST

L'Otan lève une interdiction de vol frappant la Serbie datant de 1999

L'Otan a annoncé vendredi la levée d'une interdiction de vol imposée en 1999 à la Serbie sur une partie de son territoire, au lendemain d'une campagne de bombardements aériens déclenchée pour mettre un terme à la répression exercée par les forces serbes au Kosovo.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, en visite à Belgrade, a précisé que cette décision était motivée par une volonté de l'Alliance d'améliorer ses relations avec la Serbie "avec laquelle nous faisons face en commun à de nombreux défis sécuritaires".

"J'ai le plaisir de vous annoncer que nous avons pleinement levé les restrictions imposées dans la zone aérienne de sécurité, une mesure qui était en vigueur depuis 1999", a déclaré M. Stoltenberg, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic.

Au terme du conflit dans l'ex-province serbe, à majorité albanaise, du Kosovo (1998-99), qui s'est soldé par le retrait des forces serbes, l'accord de paix de Kumanovo (Macédoine) qui scellait ce retrait prévoyait notamment l'établissement d'une zone d'interdiction de vols autour de la frontière de ce territoire, 25 km en profondeur du territoire de la Serbie.

En 2001, la Force de paix de l'Otan et les autorités de Belgrade avaient convenu de réduire cette zone à dix kilomètres.

"Notre décision est l'expression très concrète de l'amélioration des relations entre l'Otan et la Serbie", a dit M. Stoltenberg.

M. Vucic s'est, de son côté, félicité de cette décision qui permet à Belgrade de "reprendre le plein contrôle de l'espace aérien de la Serbie".

L'Otan avait lancé en mars 1999 une campagne de bombardements, qui ont duré 78 jours - sans l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU -, après le refus du président yougoslave de l'époque Slobodan Milosevic d'accepter un accord de paix au Kosovo. Ces frappes ont mis fin aux opérations des forces serbes contre la population civile et les rebelles indépendantistes albanais.

"Notre campagne n'a jamais eu pour cible le peuple serbe (...) je regrette profondément toute victime innocente qu'elle ait pu provoqué", a déclaré M. Stoltenberg.

Selon les autorités serbes, quelque 2.500 civils ont été tués et 12.500 blessés lors de la campagne de frappes aériennes de l'Otan. En revanche, selon Human Rights Watch (HRW), le bilan serait de 500 civils tués.

mat/cn/jh