DIVERTISSEMENT
20/11/2015 01:50 EST | Actualisé 20/11/2015 01:51 EST

«A Taller Us»: L'empreinte digitale de FOXTROTT (ENTREVUE)

Courtoisie

On l'attendait depuis lontemps ce premier album de FOXTROTT. Après Shields, un EP indépendant qui a fait sensation en 2012 sans aucune promotion ou presque, Marie-Hélène Delorme lance A Taller Us. C'est dans le cadre de M pour Montréal, un festival qu'elle apprécie beaucoup, que l'auteure-compositrice-interprète-beatmaker a choisi de présenter ce premier effort, le 20 novembre à 21h au Centre Phi. Entrevue.

Quand on lui demande si elle s'attendait à ce buzz autour de son premier album, FOXTROTT lâche un rire: «Non, je n'avais vraiment pas d'attentes. J'ai tout simplement fait l'album et je suis bien contente qu'il sorte enfin!» Des raisons à ce délai de 3 ans? «Le plus long, ça a été les trucs de business en fait. Le processus pour la sortie a duré plus de deux ans.»

Il faut dire que celle qui vient de signer avec le label britannique One Little Indian a toujours tout fait seule... Et elle continue d'ailleurs du côté créatif. Tout ce qu'on peut entendre sur A Taller Us vient d'elle, et elle seulement. «Ça a pris des années pour trouver mon son. C'est difficile à expliquer...» dit-elle en prenant une courte pause. «J'avais des chansons en tête et je sentais que si je ne les écrivais pas, elles allaient toujours rester là! Il n'y a rien de trop calculé là-dedans»

Avant de se lancer dans la création de son premier album, FOXTROTT a fait de la musique pour le cinéma, des remix pour d'autres artistes... Et c'est ce qui lui a donné l'envie de se lancer dans l'aventure et de forger davantage sa musique, celle qui la représente à 100%.

«A Taller Us, c'est mon empreinte digitale.»

Ça donne un album électro-pop efficace, parfois dansant. Et émotif aussi. Si on est habitué à certains artistes qui adoptent une voix plus neutre ou dénaturée pour mettre en valeur leur musique, on ne retrouvera pas cette tendance chez FOXTROTT. Au contraire: l'aspect vocal a été travaillé dans l'idée de mettre de l'avant l'émotion, et par le fait-même, les thèmes abordés dans l'album.

«C'est très personnel. Dans A Taller Us, je parle de mes expériences de vie, mes relations, mes trucs familiaux... C'est un mouvement d'évolution personnelle. La voix est souvent utilisée comme un accessoire... J'avais plutôt envie de proposer un truc qui vient des trippes.»

À la lumière de cette expérience, a-t-elle envie de continuer dans cette voie? «J'ai déjà hâte au prochain! Écrire un album, c'est un long accouchement étiré (Rires). En écrivant, tu vis des trucs assez importants. Ça m'a fait grandir: c'est un peu de la thérapie en fait! Si ça touche les gens, j'en suis bien contente!»

A Taller Us de FOXTROTT

Lancement le 20 novembre à 21h au Centre Phi dans le cadre de M pour Montréal

Pour toutes ses dates de spectacles, c'est ici.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST