NOUVELLES
20/11/2015 03:14 EST | Actualisé 20/11/2016 00:12 EST

Cambodge: nouvelles accusations contre le chef de l'opposition

Le chef de l'opposition cambodgienne Sam Rainsy, actuellement recherché par les autorités, est maintenant accusé de "complot" et risque 17 ans de prison, selon le document du tribunal consulté par l'AFP vendredi.

Après l'émission vendredi d'un mandat d'arrêt contre lui dans une vieille affaire de diffamation, l'adversaire numéro un de Hun Sen, au pouvoir depuis trente ans avait renoncé à rentrer au Cambodge.

Porteur d'un passeport français, ce dernier se trouverait actuellement aux Philippines.

Il a été inculpé jeudi de "complicité" après la fabrication et la publication sur les réseaux sociaux d'un faux document concernant la frontière avec le Vietnam.

L'opposition cambodgienne critique la manière dont la frontière entre le Cambodge et le Vietnam, longue de 1.270 km, a été négociée. Elle accuse le parti majoritaire de laisser le Vietnam empiéter sur le territoire cambodgien en utilisant de fausses cartes pour délimiter la frontière.

Mercredi, ce dernier avait comparé les poursuites lancées contre lui à un "coup d'Etat constitutionnel".

La justice l'a sommé de se présenter devant le tribunal de Phnom Penh le 4 décembre.

La vieille affaire de diffamation dans laquelle Sam Rainsy a été condamné à deux ans de prison, date de 2011. Il avait accusé le ministre des Affaires étrangères de Hun Sen d'avoir été un cadre khmer rouge.

Depuis son retour au Cambodge pour participer aux législatives de juillet 2013, c'est la première fois que l'opposant est obligé de reprendre le chemin de l'exil pour fuir la prison.

Après avoir manifesté contre la victoire, truquée selon lui, du parti au pouvoir aux élections de 2013, Sam Rainsy avait réussi à manoeuvrer habilement, acceptant finalement de siéger au parlement avec son parti et d'amorcer à l'été 2014 un dialogue avec Hun Sen.

Les inquiétudes internationales se sont multipliées ces derniers jours autour de son cas, du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à la France.

suy-tib/at