DIVERTISSEMENT
20/11/2015 06:13 EST | Actualisé 21/11/2015 08:06 EST

«Moi, c'est l'individu» - Manu Militari au sujet de son album «Océan» (ENTREVUE/VIDÉO)

Sur la chanson-titre du nouvel album, Manu Militari chante qu’il n’a jamais suivi le courant, intéressé davantage à vivre le monde et à savourer ses envies de liberté, Océan. Le rappeur est dans le paysage depuis 10 ans. Contre vents et marées, il a toujours fait à sa façon. Cette fois, sa façon, c’est 12 morceaux de hip-hop qui rentrent pas mal au poste. Rencontre.

Au début de l’entrevue faite dans l’appartement [de « Big », l’ami marocain] d’un édifice de l’arrondissement Côte-des-Neiges, Manu Militari offre des réponses courtes et sans fioritures. Généralement, l’auteur-interprète à la réputation de peser ses mots, que ce soit en personne ou sur canevas. Mais tout vient à point à qui sait attendre.

Océan, c’est le 4e album de l’homme. C’est un disque de 12 morceaux aux ambiances minimalistes débordant de mots qui coulent bien, la plupart du temps. En rap, c’est mieux quand le « flow » est bon. Bien en avant, la voix de l’auteur qui incarne avec conviction des textes touffus aux récits divers. Certains parlent de sa vie (Peace and Love), d’autres parlent de la vie des autres (Volonté, Mami Chula).

Entourage

À l’instar de cet ambitieux et réussi vidéoclip qui accompagne le morceau Volonté, tourné en quelques jours au Maroc, Manu Militari croit que « la meilleure musique ou les meilleures formes d’art sont toujours créées avec un peu de folie et beaucoup de liberté ».

« C’est possible de se planter, mais il faut rêver et se rapprocher de l’inatteignable, raconte-t-il au sujet de son clip et de la création en général. Le pire piège de l’artiste c’est l’embourgeoisement, la routine. Ensuite, il faut savoir bien s’entourer. Et Youssef Naït c’est un créateur hallucinant. C’est lui qui s’est aussi occupé du clip en bonne partie. »

Dès lors que le thème du Maroc survient dans notre échange, nous nous emballons… Et les yeux de Manu Militari s’illuminent soudainement. Viendront ensuite plusieurs histoires entourant ses nombreux séjours en Égypte ou encore son dernier voyage au Pérou et en Colombie. Entre sa rage d’aller vivre en Arabie Saoudite, adolescent, et la descente d’une rivière amazonienne en bateau chambranlant, pas un mot sur l’album, juste du Manu Militari passionné du grand océan.

Interrogé à savoir si l’état du monde et son développement inspiraient l’auteur pour l’écriture des paroles de ses chansons, il répond : « Au fond, ce n’est pas l’actualité qui m’intéresse, mais l’individu. Je n’ai jamais vraiment puisé une histoire dans l’actualité. Pas à cent pour cent. Pour le vidéoclip Volonté, la pièce a été incarnée par le personnage d’un migrant, mais ce n’était pas l’enjeu social n’était pas le sujet de départ. Pour moi, c’était important qu’on demeure dans le parcours d’un individu. Je ne voulais pas tomber dans un message ou une opinion. En fait, aucune histoire n’est inventée sur l’album. »

Au dire du principal intéressé, sa musique n’a pas changé tellement sinon ce désir d’enlever le maximum d’informations dans les sonorités. Mot d’ordre : des beats efficaces et quelques effets sonores pour des chansons épurées. « C’est assez minimaliste et c’est ce que je voulais […] Il y a trois compositeurs sur cet album : Youssef Naït Bach, Hubert Perreault et Moe. Ils ont été présents tout du long. J’ai alterné de gars selon les besoins. Je dois souligner que j’écris normalement les textes avant la musique. J’arrivais avec des idées, évidemment, mais je ne crée pas la musique. »

L’inaccessible

Avec du recul, la satisfaction est-elle au rendez-vous, demanderons-nous au chanteur.

« Honnêtement, je ne suis jamais totalement content, affirme humblement Manu Militari. Le produit final ne correspond jamais vraiment à ce à quoi je m’attendais. Je suis toujours un peu dans l’inaccessible. Aucun album n’a répondu à mes attentes. Même si j’essaie toujours d’aller au maximum du potentiel d’une chanson. Parfois, je fais fausse route… Mais, je crois que cet album est de qualité. Je suis fier de le défendre. »

Comme toujours, Manu Militari propose quelques pièces coup-de-poing comme Dédicace et L’alchimiste. Comme toujours, l’intensité doit rimer avec musicalité. Comme toujours, l’Océan de Manu Militari est à la fois libérateur et chaviré.

--

Rien à foutre de c’que l’troupeau pense

Mes textes dans leur tête comme un couteau danse

J’pleure ma vérité qu’elle soit belle ou pas

Ils sont crustacés j’me sens beluga

Jamais j’ai suivi l’courant

Jamais j’enfilerais d’nœud coulant

J’aime trop la vie j’vois pas l’monde assez grand

Pour mes envies d’liberté, océan

* Un passage de la pièce Océan

--

Manu Militari

Océan, sous étiquette 7ième Ciel

Hip-hop

Sortie le 20 novembre facebook.com/manumilitari/

--

Manu Militari offrira un spectacle au Théâtre Petit Champlain de Québec ce vendredi soir et le lendemain au National, dans le cadre de M pour Montréal.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST