POLITIQUE
19/11/2015 04:13 EST | Actualisé 19/11/2015 04:15 EST

Fertilité: des dizaines de couples estiment avoir été lésés par le gouvernement

Tim Hale via Getty Images
Pregnant Woman Receiving a Ultra-Sound from Her Perinatologist

QUÉBEC _ Les partis d'opposition ont conjugué leurs efforts, jeudi, pour dénoncer en choeur le cafouillage entourant le programme de procréation assistée, depuis qu'il n'est plus remboursé par l'État.

Depuis l'adoption de la loi 20, les traitements de fertilité ne sont plus assurés, mais un crédit d'impôt est désormais offert aux couples moins nantis.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait dit que Québec continuerait à payer la note dans le cas des couples infertiles ayant déjà entrepris le processus de fécondation au moment de l'entrée en vigueur de la loi, le 10 novembre.

Or, selon de nombreux témoignages recueillis par le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ), des couples qui avaient amorcé une telle démarche ont eu la mauvaise surprise de devoir payer les traitements et les médicaments requis, une facture pouvant atteindre entre 5000 $ et 10 000 $.

Plusieurs couples ont vu leur rêve d'enfant remis en question, en raison des décisions "cruelles" et "inhumaines" du ministre Barrette, a déploré la porte-parole péquiste en Santé, la députée de Taillon, Diane Lamarre.

En point de presse, la présidente de l'Association des couples infertiles du Québec, Céline Braun, s'est jointe à l'opposition pour interpeller le ministre Barrette et lui demander d'intervenir.

Questionné en Chambre, le ministre Barrette a convenu que des ajustements devaient être apportés, attribuant les ratés du système à la période de transition. Il s'est fait rassurant pour dire que si les couples s'estimant lésés faisaient la démonstration que leur démarche était entreprise le 10 novembre ils seraient remboursés.

Galerie photo 10 mauvaises habitudes qui vous empêchent de tomber enceinte Voyez les images