NOUVELLES
18/11/2015 10:28 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Paix en Colombie : les Farc demandent à l'État d'éviter "les tempêtes"

La guérilla colombienne des Farc a demandé mercredi au gouvernement et au Parlement de Colombie d'éviter "des tempêtes majeures" dans le dialogue de paix à La Havane, qui en trois ans a été "couronné d'importants succès partiels".

"Mesdames et messieurs des instances et organismes de l'État : ne semons pas la discorde alors que tout est à notre portée en procédant avec intelligence, sens commun, paroles, dialogue et accords. Evitons les tempêtes majeures", a déclaré le négociateur en chef pour la guérilla, Ivan Marquez, au moment de débuter un nouveau cycle de négociations avec la délégation gouvernementale.

"Parole, dialogue, accords, sont trois des termes qui conduisent vers une paix stable et durable (...). Mais, monologue, unilatéralisme, entêtement intransigeant et égoïsme politique, sont des concepts et méthodes qui, quand on tente de les imposer, mettent en danger la stabilité de ce que nous sommes en train de construire", a averti M. Marquez.

Il en a profité pour rappeler que les négociations de La Havane "ont engagé en trois ans un travail important, couronné de succès partiels (...) un cessez-le-feu unilatéral de la part des Farc (en vigueur depuis juillet)" et "des signes de désescalade du conflit", qui prouvent que "oui, il est possible d'imaginer un pays tranquille et un avenir meilleur".

La délégation gouvernementale n'a fait aucune déclaration lors de son arrivée au Palais des conventions de La Havane, qui héberge les pourparlers de paix depuis novembre 2012, dont le troisième anniversaire jour pour jour sera jeudi.

Dans ce nouveau cycle de discussions, seront abordés des "points sur la Juridiction spéciale pour la paix sur laquelle nous nous étions mis d'accord", a-t-il ajouté, en faisant référence au pacte sur la justice, signé le 23 septembre, le jour même où les deux parties se sont engagées à nouer un accord de paix dans les 6 mois.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) sont, avec quelque 7.000 combattants, la principale guérilla du pays, issue en 1964 d'une insurrection paysanne.

La Colombie est déchirée depuis plus d'un demi-siècle par des violences armées impliquant des guérillas de gauche, des milices paramilitaires d'extrême droite, des narcotrafiquants et des agents de l'État, qui ont fait quelque 220.000 morts et plus de six millions de déplacés, selon les chiffres officiels.

rd/ja/str/ka/mr