NOUVELLES
18/11/2015 11:39 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Le Brésil, 3e pays au monde pour le nombre de tués sur les routes

La Deuxième Conférence mondiale sur la sécurité routière s'est ouverte mercredi à Brasilia, alors que le Brésil est le 3e pays au monde pour le nombre de tués sur les routes, avec 129 morts par jour.

Cette conférence, inaugurée par la présidente Dilma Rousseff, se penchera sur ces accidents qui, au niveau mondial, fauchent 1,25 million de vies par an, blessent 50 millions de personnes et sont la première cause de décès entre 15 et 29 ans, d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Brésil, comme la plupart des pays émergents, connaît une véritable hécatombe sur les routes : 46.935 morts en 2013, soit 129 morts par jour, selon les dernières estimations disponibles de l'OMS.

Cela en fait le 3e pays au monde pour le nombre de tués sur la route, en nombre absolu selon les estimations de l'OMS, derrière la Chine (261.367 morts) et l'Inde (207.551)..

En 2004, première année où le ministère brésilien de la Santé a calculé les victimes des accidents de la route, 37.971 morts avait été recensés, selon une étude présentée mercredi, premier des deux jours de la Conférence de Brasilia.

"Les pays en développement représentent plus de 90% des morts alors que dans ces pays ne circule que 54% de la flotte de véhicules", a souligné Mme Rousseff.

Selon elle, le Brésil (204 millions d'habitants) a réduit de 6% les victimes de la circulation de 2012 à 2013 grâce à des lois pénalisant la conduite sous l'emprise de l'alcool et obligeant à doter les voitures d'équipements de sécurité.

Les conséquences des accidents de la route absorbent près de 3% du PIB mondial.

"Le prix à payer pour l'insécurité routière est trop haut", a résumé la directrice de l'OMS, Margaret Chan.

L'OMS prévoit une croissance de 30% des accidents mortels d'ici à 2030.

dw/cdo/ka/lpt