NOUVELLES
18/11/2015 18:54 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

La Cour suprême espagnole accepte l'appel d'un Néerlandais condamné pour tentative de viol

La Cour suprême espagnole a annoncé mercredi avoir accepté l'appel d'un Néerlandais condamné pour tentative de viol il y a 10 ans, après la découverte d'un échantillon ADN indiquant qu'un Britannique serait le vrai coupable.

La police espagnole avait arrêté Romano Liberto van der Dussen en septembre 2003 dans la station balnéaire de Fuengirola sur la Costa del Sol, dans le sud de l'Espagne, l'accusant d'avoir battu et tenté de violer trois femmes.

Il avait été condamné en 2005 par un tribunal de Malaga à 15 ans et demi de prison pour agression sexuelle, tentative de viol avec blessures et vol avec violence, après que deux des victimes et un témoin l'avaient identifié comme étant l'agresseur.

Van der Dussen, qui était âgé de 30 ans et vivait en Espagne au moment des faits, a toujours clamé son innocence et son ADN ne correspond pas à celui recueilli sur les lieux des agressions.

Un tribunal de Fuengirola a reçu en février un rapport de la police britannique selon lequel l'ADN retrouvé est celui de Mark Dixie, un Britannique qui vivait dans la région à l'époque.

Dixie purge actuellement une peine de 34 ans de prison en Grande-Bretagne pour le viol et l'assassinat d'une mannequin âgée de 18 ans, à Londres en 2005.

La Cour suprême espagnole a estimé que le recours déposé par Van der Dussen répondait "aux critères pour être accepté".

La décision est datée du 12 novembre, mais n'a été rendu publique que mercredi.

L'affaire Van der Dussen a fait la une des médias en Espagne et aux Pays-Bas, où la fondation PrisonLaw, qui soutient les prisonniers néerlandais à l'étranger, a recueilli des milliers d'euros pour financer son aide juridique.

"Je suis en prison depuis plus de 11 ans pour les crimes que je n'ai pas commis. J'ai traversé un enfer indescriptible", déclarait-il dans une interview publiée en mai dans le quotidien espagnol El Pais.

ds/cah/tll/mba