NOUVELLES
18/11/2015 02:43 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Euro-2016 - Stars au rendez-vous, priorité à la sécurité

Sur le terrain, mis à part Arjen Robben éliminé avec les Pays-Bas, toutes les stars, de Cristiano Ronaldo à Zlatan Ibrahimovic, seront là pour l'Euro-2016 en France, malheureusement placé sous le sceau de la sécurité après les sanglants attentats de Paris.

. Sécurité maximale

Il n'a jamais été question d'annuler l'Euro-2016 (10 juin-10 juillet) en France après les attentats à Paris qui ont fait 129 morts, vendredi dernier. "En aucun cas le sport ne peut être arrêté par le terrorisme. L'Euro se tiendra dans des conditions de sécurité maximum, renforcées en lien avec les événements que nous venons de vivre. Mais il n'est pas question d'arrêter cette formidable fête populaire", a martelé le ministre des Sports Patrick Kanner.

Le Stade de France de Saint-Denis - qui recevra le plus grand nombre de rencontres, sept dont, évidemment, le match d'ouverture avec l'équipe de France et la finale - a été visé par des kamikazes. Ils n'ont pu pénétrer dans l'enceinte, se faisant exploser à l'extérieur. L'évacuation des 80.000 spectateurs s'est déroulée sans accroc à l'issue du match amical remporté par les Bleus contre l'Allemagne (2-0), alors que la gravité des attaques se répandait sur les téléphones du public à ce moment là.

En dehors des stades, un autre point chaud à surveiller sera les fans-zones. "Ma principale préoccupation c'est d'offrir le niveau de sécurité maximal. Si ça doit passer par des mesures moins +friendly+ (moins conviviales), tant pis. Ce qui m'importe c'est que les gens rentrent chez eux sains et saufs", a exposé à l'AFP Jacques Lambert patron du comité d'organisation du tournoi.

. Zlatan rejoint le casting

Grâce à trois buts en deux barrages, dont un coup franc à la Platini, Zlatan Ibrahimovic a propulsé la Suède à l'Euro, au dépens du rival et voisin du Danemark (2-1; 2-2). Il ne manquait plus que la mégastar du Paris SG, qui avait manqué le Mondial au Brésil, pour compléter le casting prestigieux du premier championnat d'Europe des nations à 24 équipes.

Les noms sur l'affiche font rêver avec Paul Pogba, Cristiano Ronaldo, Robert Lewandowski, Thiago Alcantara, Thomas Müller, Wayne Rooney ou encore Marco Verratti.

Au delà des buteurs et des créateurs, il y aura aussi ce qui se fait de mieux au rayon gardiens, avec Manuel Neuer, référence du poste depuis son extraordinaire Mondial-2014 remporté avec la Mannschaft, les vieilles gloires Iker Casillas, Gianluigi Buffon, Petr Cech, ou les valeurs sûres, Thibaut Courtois chez les Belges et Hugo Lloris chez les Bleus.

. Un France-Italie?

Tous les regards se tournent vers le tirage au sort de la phase finale le 12 décembre à Paris. Les compositions des pots, basées sur les coefficients nationaux de l'UEFA arrêtés au mois d'octobre, sont désormais connus.

La France, pays-hôte, et l'Espagne, tenante du titre, sont accompagnées de l'Allemagne, de l'Angleterre, du Portugal et de la Belgique, dans le pot 1, celui des têtes de série.

Le pire tirage pour les Bleus serait d'être reversé dans un groupe de la mort avec l'Italie (pot 2), la Suède de Zlatan (pot 3) et la Turquie, bourreau des Pays-Bas (pot 4).

L'Angleterre cauchemarde sans doute à l'idée de tomber sur son voisin du pays de Galles et son buteur Gareth Bale (pot 4). Tout comme l'Allemagne ne se réjouirait pas d'hériter de la Pologne (pot 3) d'un Lewandowski qui marche sur l'eau cet automne. Les paris sont ouverts.

pgr/ig