NOUVELLES
18/11/2015 15:01 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Déclin de plus de 30% du nombre d'ours polaires vers 2050 (UICN)

La population des ours polaires, menacés par le réchauffement climatique qui fait fondre la banquise, devrait diminuer de plus de 30% dans les 35 à 40 années à venir, a alerté jeudi l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Les experts estiment qu'il y a environ entre 22.000 à 31.000 ours polaires dans le monde (Etats-Unis, Canada, Norvège, Groenland et Russie), selon l'UICN qui publie régulièrement des mises à jour des plantes et animaux menacés dans le monde.

D'après l'organisation, les études montrent "une forte probabilité d'un déclin de plus de 30% dans la population d'ours polaires dans les 35-40 années à venir", la perte de son habitat due au réchauffement climatique étant la menace la plus importante pour la survie de l'espèce.

Selon l'UICN, des études récentes montrent que la perte de la banquise arctique a progressé plus vite que les prévisions de la plupart des modèles climatiques.

Or les ours polaires dépendent de la banquise pour accéder à leurs proies. Aussi, une période de cinq mois ou plus sans glace entraînera un jeûne prolongé pour l'espèce, ce qui est susceptible de causer une infertilité accrue ou la famine dans certaines régions.

D'après des prévisions récentes, des étendues importantes de l'archipel arctique canadien seront libres de glace pendant plus de cinq mois par an à la fin du 21e siècle. Dans d'autres parties de l'Arctique, ce seuil de cinq mois pourrait être atteint vers le milieu du 21e siècle.

Le réchauffement des températures dans la région peut aussi porter atteinte aux habitats et accroître l'incidence de maladies chez des espèces proies telles que les phoques, aggravant ainsi les risques pour les ours polaires.

"Les effets du changement climatique vont bien au-delà de cette espèce emblématique et représentent une menace que notre planète n'a jamais connue par le passé", a affirmé la directrice générale de l'UICN, Mme Inger Andersen, dans un communiqué.

Outre la perte de la banquise, la pollution, la prospection de ressources et les modifications des habitats dues aux activités humaines représentent aussi des menaces potentielles. L'exploitation pétrolière dans l'Arctique, par exemple, comporte un large éventail de dangers comme les marées noires.

La Liste rouge de l'UICN comprend actuellement 79.837 espèces évaluées, dont 23.250 sont menacées d'extinction. Les ours polaires sont considérés comme étant "vulnérables".

apo/pjt/we