NOUVELLES
17/11/2015 19:42 EST | Actualisé 17/11/2016 00:12 EST

Chine: après Tencent et Alibaba, le géant du web Baidu veut lancer sa propre banque en ligne

Le géant de l'internet chinois Baidu a annoncé mercredi son association avec le groupe financier Citic pour établir sa propre banque--dans le sillage de ses rivaux Tencent et Alibaba, qui se disputent déjà le marché en plein essor de la finance en ligne.

Citic Bank va coopérer avec Baidu, souvent qualifié de "Google chinois", pour fonder une banque en ligne, dotée d'un capital initial de 2 milliards de yuans (294 millions d'euros), a indiqué Citic dans une déclaration à la Bourse de Hong Kong, tout en précisant avoir une participation majoritaire dans la nouvelle entité.

L'établissement, baptisé Baixin, devra encore obtenir le feu vert des autorités de régulation avant de pouvoir être opérationnel, a néanmoins averti Citic Bank, filiale du conglomérat étatique Citic.

"Il s'agit du premier partenariat approfondi entre un groupe internet et une banque commerciale traditionnelle", s'est réjoui le patron de Baidu Robin Li, cité dans un communiqué.

Alors que plus de 640 millions de personnes recourent chaque mois à son moteur de recherche, Baidu compte mettre à profit sa vaste base d'usagers, ses services et surtout ses bases de données personnalisées.

Baixin offrira des services financiers (placements, crédits, gestion d'actifs...) en ligne, mais également en s'appuyant sur les antennes physiques de Citic à travers la Chine. Elle pourrait notamment viser les petites et moyennes entreprises, qui rencontrent de fortes difficultés en Chine pour obtenir des prêts auprès des banques publiques, lesquelles privilégient plutôt les grosses firmes étatiques.

Baidu est le troisième mastodonte du web chinois a tenter l'aventure de la banque en ligne, un secteur encore très strictement encadré par Pékin.

L'autre géant internet Tencent --opérateur de la très populaire messagerie WeChat-- avait été autorisé en juillet 2014 par la Commission chinoise de régulation du secteur bancaire (CBRC) à créer sa banque à capitaux privés, appelée "WeBank".

De son côté, le numéro un local du commerce électronique Alibaba s'était vu délivrer le sésame des régulateurs deux mois plus tard, pour fonder son propre établissement bancaire.

Mais tous deux ont vu leur développement compliqué par des contraintes réglementaires fortes, tout comme par la concurrence des services en ligne lancés par les banques commerciales.

Auparavant, Alibaba et Tencent proposaient déjà en ligne des produits d'investissement concurrents, qui avaient connu un succès fulgurant auprès du public grâce à des taux de rentabilité supérieurs aux dépôts bancaires ordinaires.

Alibaba, Tencent mais également Baidu --avec son "Baidu Wallet"-- rivalisent par ailleurs sur le terrain stratégique des paiements en ligne.

Plusieurs banques à capitaux privés avaient été approuvées par les autorités l'an dernier (dont celles de Tencent et d'Alibaba), alors que Pékin affiche son intention de réformer le secteur bancaire, dominé par des mastodontes contrôlés par l'Etat, pour le rendre plus concurrentiel et faciliter le financement du secteur privé.

jug/ple/tll