NOUVELLES
18/11/2015 11:54 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Brésil: des milliers de femmes noires dénoncent la violence et la discrimination

BRASILIA, Brésil — Des milliers de femmes noires de partout au Brésil ont marché dans les rues de la capitale fédérale, mercredi, pour attirer l'attention sur la violence et la discrimination dont elles sont victimes.

Les organisatrices ont décrit la marche comme étant la première de ce genre.

Une bagarre a éclaté après que les participantes à la marche eurent affronté un autre groupe exhortant la destitution de la présidente Dilma Rousseff.

Selon le journal Folha de S. Paulo, trois députés ont été repoussés au poivre de cayenne par les policiers car ils avaient tenté d'intervenir entre les deux groupes.

Selon le site internet G1 de la chaîne de télévision Globo, deux policiers ont été arrêtés après qu'ils eurent tiré en l'air.

Valdecir Nascimento, une des organisatrices de la marche, a déclaré qu'elle avait été mise sur pied comme une réponse à la «vulnérabilité et à la fragilité» quotidiennes de plus de 57 millions de femmes noires et mixtes du Brésil.

Des études ont démontré qu'au Brésil, les femmes noires sont plus susceptibles de mourir lors d'un accouchement et de devenir victimes d'un homicide que les femmes blanches. Elles sont aussi deux fois plus susceptibles que les femmes blanches d'être analphabètes, selon l'agence nationale de statistiques. Notons qu'elles gagneraient, en moyenne, moins que les autres femmes et les hommes. 

La manifestation de mercredi survenait après une récente campagne féministe au Brésil, qui avait aussi une répercussion sur les médias sociaux en utilisant le mot-clé #myfirstharassment.

Plusieurs milliers de femmes sont sorties publiquement sur leur profil pour la première fois en racontant leurs histoires — la plupart étant des adolescentes et pré-adolescentes.

Une autre récente campagne sur les médias sociaux a permis aux femmes d'utiliser l'espace réservé aux éditorialistes masculins le temps d'une journée.