NOUVELLES
18/11/2015 07:54 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Bilan mitigé sur la mise en place de l'accord nucléaire en Iran

VIENNE — L'ONU rapporte que l'Iran a commencé à reculer sur son utilisation de la technologie nucléaire comme l'exigeait l'entente conclue avec les six grandes puissances mondiales, mais selon certaines sources, la République islamique conserve des centaines de machines qui pourraient être employées éventuellement pour fabriquer des bombes nucléaires.

L'Agence internationale de l'énergie atomique et certains diplomates offrent un bilan mitigé des premières semaines de mise en place de l'accord sur le nucléaire, signé le 14 juillet dernier et entré en vigueur officiellement le 18 octobre.

Selon le rapport de l'agence onusienne, l'Iran a diminué le nombre de centrifugeuses utilisées pour enrichir de l'uranium, ce qui produit des combustibles nucléaires et des isotopes  — qui peuvent servir à la recherche, mais aussi à fabriquer une bombe selon le degré d'enrichissement.

Ainsi, le pays avait 11 308 centrifugeuses sur son principal site d'enrichissement en date du 15 novembre, ce qui est 3000 de moins qu'avant la mise en place de l'entente. Le nombre de ces installations a aussi diminué sur les plus petits sites.

Or, certains diplomates notent que toutes les centrifugeuses qui sont hors de service étaient déjà inactives. Les milliers d'autres qui fonctionnaient sont maintenant éteintes, mais elles peuvent être rouvertes dans un délai très court.

Les deux diplomates qui ont parlé avec l'Associated Press ont requis l'anonymat puisqu'ils ne pouvaient pas discuter du contenu du rapport, qui circule au Conseil de sécurité de l'ONU et parmi les 36 pays membres du conseil de l'Agence internationale de l'énergie atomique.