NOUVELLES
18/11/2015 15:46 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Armée et rebelles négocient un cessez-le-feu près de Damas

Des groupes rebelles syriens et l'armée du régime tentaient mercredi soir de parvenir à une trêve de 15 jours dans la région de la Ghouta orientale à l'est de Damas, ont indiqué à l'AFP une ONG et une source sécuritaire.

Il s'agit des premières discussions visant à conclure un cessez-le-feu dans cette région et elles ont probablement lieu en présence de médiateurs russes ou iraniens, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Si les deux parties parviennent à un accord, "un cessez-le-feu de deux semaines débuterait jeudi à 06H00 locales (04H00 GMT) dans la Ghouta orientale", a souligné le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Un haut responsable de la sécurité syrien a confirmé "des discussions en cours entre le gouvernement et des groupes armés dans la Ghouta orientale pour mettre fin aux opérations militaires".

"Nos alliés russes jouent un rôle direct dans la prise de contact avec ceux qui soutiennent les groupes armés", a-t-il dit.

Jaich al-Islam ("L'armée de l'islam" en arabe), considéré comme le plus important groupe rebelle dans la Ghouta orientale, est l'un des principaux négociateurs du côté des rebelles, a précisé M. Abdel Rahmane.

Aucun porte-parole du groupe rebelle n'a pu être joint pour commenter ces informations.

La Ghouta orientale, le plus important fief rebelle près de Damas, est régulièrement bombardée par les forces du régime.

D'intenses bombardements étaient audibles pendant la soirée dans la région, selon un journaliste de l'AFP vivant sur place.

La nouvelle d'une éventuelle trêve s'est rapidement répandue dans les rue de Douma, l'une des plus grande ville de la Ghouta orientale, où les habitants attendaient avec impatience sa confirmation, a indiqué un autre journaliste de l'AFP.

Samedi dernier, des pourparlers ont réuni à Vienne 17 pays pour tenter de trouver une issue à la guerre en Syrie, qui a fait plus de 250.000 morts depuis mars 2011.

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait jugé mardi que la Syrie n'était peut-être qu'à quelques semaines seulement d'une "grande transition".

Des trêves brèves et ponctuelles ont été conclues à plusieurs reprises entre régime et rebelles dans certaines régions du pays, notamment pour permettre l'acheminement des aides humanitaires.

En septembre, un accord avait été conclu pour une trêve de six mois à Zabadani, dernier bastion rebelle sur la frontière syro-libanaise, et dans deux localités chiites du nord-ouest du pays. Négocié par les Nations Unies, l'accord comprenait une livraison d'aide humanitaire et des évacuations de civils et de combattants blessés.

mam-mjg/mer/tp/tll/mba