NOUVELLES
18/11/2015 07:31 EST | Actualisé 18/11/2016 00:12 EST

Amman et Vienne jugent "prématuré" d'espérer une transition rapide en Syrie (président autrichien)

La Jordanie et l'Autriche jugent "prématuré" d'éveiller l'espoir d'une transition politique rapide en Syrie, comme l'a fait mardi le chef de la diplomatie américaine John Kerry, a déclaré mercredi le président autrichien Heinz Fischer, à l'issue d'un entretien avec le roi Abdallah II.

"Je crois que ni le roi de Jordanie ni moi-même n'oserions éveiller l'espoir que c'est seulement l'affaire de quelques semaines. Nous sommes sur la bonne voie, mais il est prématuré de se prononcer sur la durée nécessaire pour régler les problèmes", a déclaré le chef d'Etat autrichien à l'agence APA.

M. Fischer s'exprimait à l'issue d'un déjeuner de travail avec le roi Abdallah II, en visite dans la capitale viennoise. Le souverain n'a pas rencontré la presse.

Mardi, M. Kerry avait jugé à Paris que la Syrie n'était peut-être qu'à quelques "semaines" seulement d'une "grande transition" politique entre le régime de Damas et l'opposition, après le compromis international conclu à Vienne le 14 décembre. "Nous ne parlons pas de mois, nous parlons de semaines, espérons-le", avait déclaré le Secrétaire d'Etat américain.

Une vingtaine de puissances, dont la Russie, les Etats-Unis, l'Iran et les pays arabes et européens ont adopté samedi pour la première fois un calendrier de sortie de crise pour la Syrie. Celui-ci prévoit notamment une réunion entre le régime syrien du président Bachar al-Assad et des membres de l'opposition syrienne d'ici au 1er janvier 2016, un cessez-le-feu, puis des nouvelles élections et l'adoption d'une nouvelle constitution.

La liste des participants à une telle rencontre n'a cependant pas encore été établie, les différentes parties divergeant sur les groupes d'opposition susceptibles d'y prendre part ainsi que sur l'avenir du président Assad.

phs/cls