POLITIQUE
14/11/2015 10:54 EST

État islamique: Couillard plaide pour une réponse forte (VIDÉO)

QUÉBEC - Le premier ministre Philippe Couillard s'est montré favorable, samedi, à une participation militaire canadienne à la lutte contre l'État islamique.

Au lendemain des attentats de Paris, M. Couillard a plaidé pour une action forte et concertée du Canada, qui a récemment annoncé qu'il mettait fin à sa participation aux frappes aériennes au Moyen-Orient.

Dans un point de presse précédant l'ouverture d'un rassemblement du Parti libéral du Québec, M. Couillard a affirmé que le Québec est également prêt à répondre à d'éventuels attentats sur son territoire.

"Si on essaie de tuer les gens, et qu'on le fait de façon aussi barbare que ce qu'on voit depuis quelques mois, quelques années, il faut répondre à la même hauteur, a-t-il dit. C'est pour ça que l'engagement des pays du monde, des pays de la planète, concerté, est absolument crucial."

En octobre 2014, M. Couillard avait appuyé la décision du gouvernement fédéral conservateur de participer à des frappes aériennes contre les djihadistes en Syrie.

"Je n'ai jamais caché mon opinion là-dessus et je n'ai pas changé d'avis, a-t-il dit. Cependant, tant que l'évolution de notre politique étrangère, notre politique de défense et notre politique de sécurité se fait de concert avec les partenaires internationaux, c'est la direction qu'il faut prendre."

M. Couillard s'est abstenu d'envoyer un message au premier ministre Justin Trudeau, qui a annoncé qu'il mettait fin à la participation canadienne aux frappes aériennes en Syrie après son élection le mois dernier.

"Voyez la situation de la Syrie, de l'Irak, chaque pays essaie d'y jouer un rôle spécifique, compte tenu de son point de vue et de ses intérêts. Il faut absolument revenir à une approche multilatérale concertée, a-t-il dit. Et je m'attends à ce que notre pays, le Canada, joue un rôle tel que demandé par la communauté internationale."

Sur une éventuelle reprise des frappes aériennes du Canada, M. Couillard s'en est remis à la communauté internationale.

"Ça dépend de ce que la communauté internationale veut voir le Canada faire, a-t-il dit. Le Canada doit se montrer disponible pour ce que la communauté internationale va lui demander de faire."

Alors que le Québec se prépare à accueillir des réfugiés syriens, M. Couillard a voulu atténuer les craintes que leur arrivée pourrait susciter dans la foulée des attentats parisiens.

"Ces personnes qui viendront chez nous sont également des victimes de la terreur, ce sont des familles qui ont dû fuir leurs maisons bombardées, dont les parents ont été assassinés cruellement parfois sous leurs yeux, a-t-il dit. On va les recevoir chez nous, on va donner une leçon à ces barbares de ce que ça veut dire la société ouverte et accueillante."

Le ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau, a affirmé que la situation au Québec ne nécessite aucun rehaussement du niveau d'alerte.

M. Moreau a cependant précisé qu'une procédure de veille avait été mise en place concernant la circulation du renseignement antiterroriste entre la Sûreté du Québec et les autorités fédérales.

"Pour l'instant rien n'indique que les renseignements obtenus et la veille faite justifient un rehaussement des niveaux de sécurité, a-t-il dit. Mais tout cela est en évaluation constante et continuera de l'être au cours des prochaines heures et des prochains jours."

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a affirmé que le gouvernement fédéral aura la responsabilité d'assurer la sécurité durant l'opération d'accueil des réfugiés syriens.

Mme Weil a minimisé l'impact négatif que les événements parisiens pourraient avoir sur les dispositions de l'opinion publique envers les réfugiés.

"Ils vont voir des petits enfants, ils vont voir des parents, ils vont voir des mères et des pères, a-t-elle dit. (...) Le réfugié de par sa nature cherche à fuir des actes barbares, cherche la sécurité et la paix."

Dans un discours prononcé à l'ouverture d'un conseil général du PLQ, M. Couillard a rappelé que son parti s'oppose "à la xénophobie et au racisme, à la fermeture et l'exclusion".

"Oui à l'accueil, oui à la citoyenneté partagée, a-t-il dit. Bienvenue à ceux qui viennent chercher refuge chez nous. Non à la bannière du rejet, oui à celle de l'accueil."

Mme Weil a affirmé qu'environ 5700 réfugiés syriens pourraient être attendus au Québec quand le gouvernement fédéral aura finalisé son plan pour l'accueil d'un total de 25 000 personnes à travers le Canada.

Alors que les attentats ont soulevé des doutes quant à l'organisation de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris, M. Couillard s'est montré confiant que l'événement soit maintenu par le gouvernement français.

"Il faudra voir comment la situation de sécurité va évoluer, c'est une opération de sécurité qui sera très complexe, tous ces dirigeants de pays qui vont être réunis au même endroit à Paris, a-t-il dit. Mais il me semble que le message à envoyer à ces barbares c'est de garder nos sociétés ouvertes, libres, démocratiques."

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a d'ailleurs affirmé samedi que cette conférence sur le climat "doit se tenir" comme prévu, du 30 novembre au 11 décembre.

Dans une entrevue diffusée sur le site Internet du ministère, M. Fabius a ajouté que celle-ci se déroulera "avec des mesures de sécurité renforcées".

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Attentats de Paris du 13 novembre 2015 Voyez les images