NOUVELLES
13/11/2015 11:21 EST | Actualisé 13/11/2015 11:23 EST

La Russie est prête à créer une nouvelle agence antidopage

Katie/Flickr
This is one of the photos I took of St. Basil's that just weren't very cool, but I don't think I'm going to take too many photos of this place in my life (though who knows for sure...) so I figured I probably shouldn't delete any. Ha.

La Russie est prête à créer une nouvelle agence antidopage, a déclaré vendredi le ministre russe des Sports Vitali Moutko, alors que l'Agence mondiale antidopage (AMA) accuse dans un rapport le pays de "dopage organisé".

"Nous sommes prêts à accréditer de nouveau le laboratoire (russe visé par les accusations de l'AMA), ou le reconstituer, ou créer une nouvelle agence antidopage", a expliqué le ministre, cité par l'agence de presse russe R-Sport.

Cette décision aura lieu "s'il y a des questions, des suggestions de l'AMA, de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) ou du Comité international olympique (CIO), ou des suggestions concernant une feuille de route", a-t-il précisé.

Le conseil de l'IAAF, le gouvernement de l'instance, doit se réunir à 18H00 à Monaco pour décider d'une éventuelle suspension de la Russie des compétitions d'athlétisme.

Depuis les révélations de l'enquête indépendante de l'AMA publiée lundi, la Russie est pointée du doigt, accusée d'avoir mis sur pied un programme institutionnalisé de dopage dans l'athlétisme ayant "saboté" les jeux Olympiques de Londres en 2012.

Jeudi, à 24 heures du vote décisif, la Fédération russe d'athlétisme a envoyé son rapport à l'IAAF, selon le président par intérim de la Fédération russe, Vadim Zelitchenok, cité par l'agence Tass.

Depuis deux jours, la Russie, d'abord droite dans ses bottes, a infléchi son discours devant l'ampleur du scandale, craignant d'être suspendue pour les JO-2016 de Rio de Janeiro (Brésil) alors que le pays est depuis toujours une nation majeure de l'athlétisme, sport olympique N°1.

Aux déclarations volontaristes se sont ajoutés des actes, avec la démission du directeur du laboratoire antidopage de Moscou, lourdement accusé par l'AMA pour avoir notamment détruit 1.417 échantillons suspicieux.

Le ministre des Sports russe Vitali Moutko a même émis l'idée de nommer un "spécialiste étranger" à la tête du laboratoire, une proposition d'ouverture jamais vue dans le monde sportif russe.

Galerie photo La séance d'entraînement de Vladimir Poutine Voyez les images