NOUVELLES
12/11/2015 08:26 EST | Actualisé 12/11/2015 08:29 EST

Aider les enfants syriens? Il y a une application pour ça (VIDÉO)

Vous voulez venir en aide aux réfugiés syriens et ne savez pas comment faire. Rien de plus simple. Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU lance une application qui vous permet de «donner un repas» à un enfant réfugié syrien en Jordanie, pour 0,50 $US.

Un texte de Mathieu Gobeil

«Avec l'application, vous tapez sur un repas unique, ou une semaine de repas, ou encore un mois ou un an. C'est comme vous voulez donner. Chaque repas, servi à l'école, coûte 0,50 $US», nous explique en entrevue Julie Marshall, porte-parole du Programme alimentaire mondial pour le Canada.

Pour le PAM, entièrement financé par des contributions volontaires, cette campagne, baptisée «ShareTheMeal» («Partagez un repas») vise à donner un nouvel élan à l'effort mondial pour les réfugiés syriens, au moment où les sources de financement se tarissent.

«Nous avons dû couper récemment dans les rations que l'on donne aux réfugiés syriens en raison de la crise de financement que nous vivons actuellement», affirme la porte-parole.

Récemment, le PAM disait avoir besoin de 278 millions de dollars pour couvrir les besoins des réfugiés syriens en Jordanie, au Liban et dans les autres pays de la région avant la fin de l'année.

«On espère que les gens vont partager cette information dans leurs réseaux sociaux pour encourager leurs amis à donner aussi», poursuite Julie Marshall.

«L'idée est de donner à une nouvelle génération une façon différente et facile de faire un don au Programme alimentaire mondial et aux réfugiés syriens.»

— Julie Marshall, porte-parole du Programme alimentaire mondial pour le Canada

L'objectif de cette campagne est de nourrir 20 000 enfants syriens pendant une année scolaire.

Selon le PAM, il y a 20 fois plus d'utilisateurs d'appareils mobiles que d'enfants souffrant de la faim dans le monde, une statistique qui milite en faveur d'une telle campagne, soutient la porte-parole.

Le PAM vient en aide à quelque 80 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde. «Selon les régions et la situation, il en coûte plus ou moins cher de fournir un repas. Quand il n'y a pas d'urgence ou de conflit, c'est beaucoup moins cher. Mais dans une zone de conflit, comme en Syrie, il y a beaucoup de difficultés sur le terrain, et c'est difficile de donner des repas nutritifs à tous les enfants. Les coûts sont donc beaucoup plus élevés», précise Julie Marshall.

Une première campagne «ShareTheMeal» lancée en juin en Allemagne, en Autriche et en Suisse avait permis de donner 1,7 million de repas à des enfants au Lesotho. Environ 120 000 personnes avaient téléchargé l'application.

Bientôt, le PAM veut étendre sa campagne à d'autres pays où les besoins sont criants.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La guerre vue par les enfants syriens Voyez les images