POLITIQUE
11/11/2015 04:01 EST | Actualisé 11/11/2015 04:11 EST

Le premier ministre Justin Trudeau a rencontré le Congrès du travail du Canada en privé

Le premier ministre Justin Trudeau et le Congrès du travail du Canada (CTC) se sont rencontrés mardi – une première en plus de 50 ans. Les deux espèrent que ceci marque un nouveau tournant dans la relation entre Ottawa et le monde syndical.

La rencontre, qui s’est tenue six jours après que Trudeau soit devenu le 23e premier ministre du Canada, s’est tenue derrière des portes closes. Le président du CTC Hassan Yussuff explique que certains de ses collègues « peuvent être très durs parfois ».

L’évènement était tellement privé que les deux hommes ont pu tenir une « discussion franche », selon la porte-parole du premier ministre Kate Purchase. Les journalistes ont été escortés à la sortie. Purchase a dit que pendant son mandat, M. Trudeau rencontrerait divers intervenants qui ne seraient « pas tous » ouverts aux médias.

Le CTC, qui compte 3,3 millions de membres, a tissé des liens avec les néodémocrates dans les dernières années. Pendant la campagne électorale, leur économiste Angella MacEwen a servi d’évaluatrice externe pour leur cadre fiscal. Des milliers de membres syndiqués ont aussi été bénévoles pour les candidats du NPD.

« Il n’y a aucun doute que plusieurs de nos membres et quelques dirigeants soutiennent le NPD… en réalité, c’est qui nous sommes », a dit Yussuf dans une entrevue avec The Huffington Post Canada. « Mais les élections vont et viennent, et la grande question maintenant que les élections sont terminées, c’est de savoir comment nous allons travailler avec ce gouvernement et développer une relation respectueuse? »

Si aucun premier ministre ne s’est adressé au groupe syndical pendant des décennies, selon Yussuf, c’est qu’ils ont été très peu à avoir été invités. Le chef progressiste-conservateur John Diefenbaker a été le dernier premier ministre à s’adresser à une convention du CTC – en 1958.

Après 10 ans d’une « complète hostilité » du gouvernement conservateur de Stephen Harper, Yussuff dit qu’il était déterminé à établir une relation plus constructive avec Trudeau.

Il a dit au premier ministre que parmi les quelque 100 leaders du CTC au Shaw Centre, plusieurs n’avaient pas voté libéral. Mais plusieurs n’avaient pas voté pour Yussuf non plus. « Alors vous n’avez pas à vous sentir mal, a dit le président du CTC à Trudeau. Il a ri. »

Pendant la discussion d’environ 40 minutes, le syndicat a questionné le premier ministre à propos du Partenariat Transpacifique (PTP) et les enjeux reliés aux soldats vétérans. Ils ont aussi réitéré la nécessité d’une enquête sur les femmes autochtones disparues et assassinées.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais. Lisez le texte complet en cliquant ici.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le premier cabinet de Justin Trudeau Voyez les images