NOUVELLES
11/11/2015 06:16 EST | Actualisé 11/11/2016 00:12 EST

Mondial-2006 - Jack Warner nie tout accord avec Beckenbauer (presse)

L'ancien vice-président de la Fifa Jack Warner, suspendu à vie, a nié mercredi tout accord avec le Comité d'organisation du Mondial-2006 de football dirigé par Franz Beckenbauer, contrairement à l'annonce de la Fédération allemande (DFB) la veille.

"Je n'ai jamais passé un quelconque accord avec quelqu'un du Comité d'organisation allemand de la Coupe du monde 2006", a répondu Warner dans un échange d'emails mercredi avec la chaîne allemande sport1.

Le Trinidadien, ancien patron de la Concacaf, homme clé du scandale de corruption autour du football mondial, a répété qu'il ne souhaitait "plus s'exprimer sur (s)es années à la Fifa" ni "participer au cirque médiatique qui l'a humilié et villipendé".

Rainer Koch, président par intérim de la DFB depuis la démission de Wolfgang Niersbach, avait fait état mardi de l'existence d'un "accord signé par Franz Beckenbauer pour l'Allemagne et Jack Warner pour la Concacaf" juste avant que la Coupe du monde 2006 ne soit attribuée en 2000 à l'Allemagne, confirmant des informations des quotidiens Süddeutsche Zeitung et Bild.

Il a précisé que cet accord "promettait divers services mais pas de bénéfices financiers directs" et que rien n'indiquait qu'il avait "influé sur le vote de Jack Warner", suspendu de toute activité liée au football depuis fin septembre.

Selon une source proche du dossier, l'accord portait sur l'organisation de matches amicaux et l'attribution de tickets pour ces rencontres.

Selon des informations basées sur des dossiers du FBI, Bild rapportait mercredi que Warner aurait eu un compte secret à la First Citizen Bank sous l'intitulé "LOC Germany Limited". LOC est l'abbréviation pour Comité d'organisation local.

Warner fait partie des dirigeants du football mondial inculpés par la justice américaine pour avoir perçu quelque 150 millions de dollars de pots-de-vin et de rétrocommissions depuis le début des années 1990. Il est sous le coup d'une demande d'extradition des Etats-Unis.

sid-sg/chc