NOUVELLES
10/11/2015 22:38 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Maldives: le Parlement limoge le procureur général

Le Parlement des Maldives a démis de ses fonctions le chef du parquet de l'archipel peu après la levée par le gouvernement de l'état d'urgence sous la pression de la communauté internationale.

L'état d'urgence avait été décrété le 4 novembre après une tentative supposée d'assassinat du président Abdulla Yameen.

Lors d'une séance parlementaire convoquée à la hâte à minuit mardi, les membres du parti au pouvoir ont voté à une large majorité en faveur du limogeage du procureur général Muhthaz Muhsin sans révéler ce qui lui est reproché.

Le principal parti d'opposition de l'archipel de l'océan Indien, le Parti démocratique des Maldives (PDM), a boycotté le scrutin. D'après lui, le procureur général est soupçonné de soutenir le vice-président Ahmed Adeeb, accusé d'avoir voulu renverser le chef d'Etat et qui vient lui-même d'être destitué.

"Le procureur général s'est sans nul doute rendu coupable de choses douteuses par le passé. Toutes ces choses doivent faire l'objet d'une enquête. Mais le problème, c'est la façon dont les choses se passent par l'intermédiaire du Parlement", a déclaré à la presse Ibrahim Mohamed, parlementaire du PDM.

L'ancien pouvoir colonial britannique, les Etats-Unis, l'Union européenne et le Sri Lanka voisin avaient appelé le gouvernement de l'archipel de 340.000 d'habitants à lever l'état d'urgence qui donnait aux forces de sécurité de larges pouvoirs et suspendait le droit d'association.

L'archipel où les jeunes mariés aiment à passer leur lune de miel connaît un regain de tensions.

Le vice-président Adeeb, dont le prédécesseur avait également été destitué en juillet, est accusé de haute trahison dans l'enquête sur une explosion survenue à bord de la vedette présidentielle en septembre. Le président était sorti indemne de cet incident mais son épouse et un de ses gardes du corps avaient été blessés.

str-aj/tha/ev/jac/ih