NOUVELLES
11/11/2015 02:40 EST | Actualisé 11/11/2016 00:12 EST

Le déversement d'eaux usées à Montréal suit son cours

La Ville de Montréal procède depuis minuit, mercredi, au déversement de huit milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent. Les travaux qui forcent ce rejet devraient durer un maximum de sept jours, mais l'administration Coderre espère que l'opération sera réalisée dans un délai plus court.

« J'espère ardemment que ce sera plus court. Mais vous me permettrez de pénétrer dans l'intercepteur avant de pouvoir le confirmer », a indiqué ce matin en entrevue à Radio-Canada le directeur de l'usine d'épuration de Montréal, Richard Fontaine.

Selon M. Fontaine, l'opération se passe bien pour le moment.

Alors que le maire Denis Coderre avait affirmé hier que le déversement ne causerait pas d'odeurs nauséabondes, Richard Fontaine avoue qu'il est possible qu'il puisse émaner de fortes odeurs des collecteurs, mais que celles-ci devraient se dissiper.

« C'est normal, on brasse les sédiments qu'il y a dans les collecteurs », explique-t-il.

Selon lui toutefois, les odeurs sur le fleuve devraient être absentes.

Par ailleurs, le journaliste de Radio-Canada François Cormier, qui s'est rendu derrière l'auditorium de Verdun pour observer le déversement de plus près, affirme qu'après avoir d'abord senti une odeur pestilentielle, tout est revenu à la normale lorsqu'il s'est éloigné du point de déversement. Il indique également qu'il ne voit que des feuilles à la surface du fleuve, et pas d'objets flottants non identifiés.

La Ville a déjà souligné qu'on ne verrait pas de marée brune sur le fleuve, car il y aura « énormément de dilution ».

Réparation d'un intercepteur nécessaire

Pendant la période du déversement, les eaux usées de 12 arrondissements et de 7 villes défusionnées, en tout ou en partie, emprunteront le chemin de l'ancien système d'égout pour se retrouver directement dans le fleuve.

La purge de l'intercepteur sud-est à réparer, un tuyau de 30 kilomètres qui transporte les eaux usées vers la station d'épuration de la Ville, durera de 18 à 24 heures. Les travailleurs pourront ensuite entrer dans l'intercepteur pour procéder à diverses réparations.

Des inspections ont révélé un état avancé de détérioration. On doit notamment retirer des pièces qui risquent d'abîmer l'intercepteur, et possiblement causer des surverses non prévues, en plus de réaménager la chute à neige Riverside.

Précautions

Pendant les sept jours que dureront les travaux et 48 heures après la fin des déversements, les citoyens ne doivent pas toucher à l'eau du fleuve.

La Ville leur demande aussi de ne pas jeter d'objets dans les toilettes et les égouts, comme des cigarettes, des tampons, des serviettes humides, des condoms, etc. On demande également aux Montréalais de réduire leur consommation d'eau, en limitant par exemple le nombre de lessives, et d'utiliser des produits biodégradables.

Une grande campagne d'information est d'ailleurs mise en oeuvre dès aujourd'hui. Des avis seront distribués aux portes de 46 000 foyers de L'Île-des-Sœurs jusqu'à Pointe-aux-Trembles, à Montréal, et du côté sud de la rive. On cible ainsi les secteurs les plus proches des 24 points de déversements. Des panneaux seront aussi installés à ces endroits.

Pour voir la carte des déversements sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Durant le déversement, l'ajout de matières en suspension au fleuve sera de 1 mg/l, soit l'équivalent d'une goutte d'eau dans un litre.

Une équipe de surveillance sera sur l'eau en tout temps pour réaliser des inspections visuelles, des prélèvements et des analyses. Une équipe de nettoyage sera aussi prête à intervenir.

Pour éviter la dispersion des matières, une estacade, sorte de barrière flottante, sera aussi installée à la sortie du collecteur Saint-Pierre, en amont du pont Champlain.

La Ville va également surveiller attentivement les rejets de 45 des 165 établissements industriels dont les eaux usées se retrouvent généralement dans l'intercepteur sud-est. Montréal ne précise pas lesquels.