NOUVELLES
11/11/2015 00:16 EST | Actualisé 11/11/2016 00:12 EST

La R&D espagnole manque de moyens malgré la reprise économique

Docteure en chimie, Ester Artells a quitté l'Espagne faute d'emploi à sa mesure dans la quatrième économie de la zone euro, où le secteur de la recherche et du développement manque cruellement d'argent, un risque pour sa compétitivité à moyen terme.

"Mon CV intéressait beaucoup, mais toujours à l'étranger", lâche avec un brin d'ironie cette chercheuse à l'Institut méditerranéen de biodiversité de Marseille, dans le sud de la France.

Après avoir défendu sa thèse en 2011 à l'Université autonome de Barcelone, elle a cherché en vain un poste en Espagne, alors en pleine récession. "J'ai été au chômage pendant deux ans, sans aucune aide", se souvient cette brune souriante en expliquant son choix de partir.

"Il y a aujourd'hui des chercheurs espagnols aux quatre coins de monde" faute d'avoir trouvé un débouché chez eux, confirme à l'AFP Luis Santamaria, président du collectif scientifique AACTE.

L'Espagne est à la traîne de ses voisins européens en matière de recherche et développement. Elle y a consacré 1,24% de son produit intérieur brut en 2013, contre 2% en moyenne dans l'Union européenne, selon les dernières données officielles disponibles.

Madrid avait commencé à combler son retard dans les années 2000, en plein boom économique, se plaçant en pointe dans la pharmacie ou les biotechnologies. Mais la crise a coupé le pays dans son élan. Les financements sont désormais retombés aux niveaux de 2007.

"Les dépenses de l'Etat se sont contractées de 60,5% entre 2009 et 2013" et celles des régions autonomes de 30%, s'alarme le Conseil économique et social (CES) espagnol dans un récent rapport.

- Moins d'entreprises innovantes -

Le nombre de salariés dans les activités de R&D stagne autour de 200.000. Sans budget, impossible de créer des postes, d'aligner les salaires sur ceux proposés en France ou en Allemagne et d'attirer des talents étrangers, dénonce Javier Contreras, porte-parole du collectif de jeunes chercheurs Precarios.

Le manque de moyens complique aussi le travail des chercheurs au quotidien, quand un laboratoire "n'a pas un sou pour pouvoir acheter" du matériel, comme l'a vécu Ester Artells pendant ses années de thèse.

"La fuite des talents est un problème très grave qui inquiète (aussi) beaucoup les entreprises", dénonce de son côté Cesar Maurin, responsable pour l'innovation de la confédération des organisations patronales CEOE.

La R&D souffre du manque de coopération public-privé via des laboratoires communs, contrairement à ce qui se fait en France ou en Allemagne, déplore-t-il. Et les travaux scientifiques débouchent moins souvent sur des brevets industriels, reconnaît le président de la confédération des sociétés scientifiques d'Espagne (COSCE), Jaume Estruch.

Tout ceci pourrait coûter cher à l'Espagne, en plein rebond après plus de cinq années noires. La faiblesse de l'innovation "porte atteinte à la compétitivité du pays et à la reprise économique", avertit Adelaida Sacristán, directrice des études de la fondation Cotec.

Résultat, le nombre d'entreprises de technologies innovantes, déjà plus bas que la moyenne européenne, a chuté "de 30.000 en 2009 à 16.000 en 2013", déplore le CES.

L'Etat n'est pas le seul à devoir fournir un effort pour inverser la tendance, avertit la fondation Cotec. Le secteur privé ne représente que 53% des dépenses en recherche et développement, dix points de moins que la moyenne européenne et les banques sont frileuses à apporter des financements, explique sa directrice des études.

L'innovation est essentielle pour que les entreprises espagnoles continuent à gagner des parts de marché à l'étranger, renchérit Cesar Maurin. Celles qui ont maintenu leurs investissements "sont celles qui se sont internationalisées le plus" pendant la crise, assurant ainsi leur survie, souligne-t-il.

Madrid a encore du chemin à faire pour rattraper son retard sur ses voisins. Le gouvernement prévoit d'augmenter son budget dans la R&D à 2% du PIB en 2020, loin des 3% prévus par l'Union européenne dans son ensemble.

laf/mck/at