NOUVELLES
10/11/2015 20:17 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Interdiction à deux sites de jeux sportifs en ligne d'encaisser des mises dans l'Etat de New York

Les deux principaux sites de jeux sportifs en ligne aux Etats-Unis, DraftKings et FanDuel, ont reçu mardi du procureur de l'Etat de New York l'injonction de ne plus accepter de mises de joueurs.

Le procureur, Eric Schneiderman, avait ouvert début octobre une enquête sur des soupçons de tricherie au sein de ces établissements.

Un employé de DraftKings aurait notamment réussi à gagner 350.000 dollars sur FanDuel en se servant de données normalement inaccessibles au grand public.

Ces sites proposent aux joueurs de composer des équipes virtuelles avec de vrais joueurs, équipes dont les résultats seront fonction des performances réelles de ces joueurs. Les concurrents les plus inspirés peuvent gagner plusieurs centaines de milliers de dollars.

Dans ses deux lettres adressées à chacun des dirigeants des deux sites et datée de mardi, Eric Schneiderman explique que l'enquête a été élargie au fonctionnement de leur modèle économique, selon les documents consultés par l'AFP.

Elle fait apparaître, selon le procureur, que l'activité de DraftKings et de FanDuel s'apparente à des jeux de hasard et est donc interdite en vertu des textes en vigueur dans l'Etat de New York.

Les jeux de loterie organisés par l'Etat et quelques casinos sont les seuls jeux de hasard autorisés dans l'Etat de New York.

Selon M. Schneiderman, ces sites font miroiter aux joueurs la possibilité de gagner d'importantes sommes d'argent alors que "les chiffres révèlent une autre réalité". "Notre enquête a montré qu'un pour cent des vainqueurs recevaient la grande majorité des prix", écrit-il.

Le procureur a souligné que DraftKings et FanDuel étaient des sites dits de "Daily fantasy sports", c'est-à-dire des sites où il est possible de jouer au jour le jour alors que les jeux sportifs traditionnels dits "fantasy" ou "rotisserie league" s'étalent sur tout une saison. Selon M. Schneiderman, ces sites opèrent un contrôle plus étroit des mises et des paramètres du jeu.

Ces sites étaient jusqu'ici peu contrôlés et échappaient aux lois régissant les paris et les jeux d'argent.

La décision de l'Etat de New York est similaire à celle prise le mois dernier par les autorités du Nevada.

Cette injonction est un coup dur pour ces sites, qui étaient en plein essor. En 2014, FanDuel a enregistré un chiffre d'affaires de 57 millions de dollars, contre 30 millions pour DraftKings.

Signe de leur montée en puissance, FanDuel a conclu un partenariat avec la ligue professionnelle américaine de basket-ball, la NBA, et DraftKings avec celle de baseball, la MLB.

Les dirigeants de DraftKings se sont dits "très déçus" de la décision du procureur de l'Etat de New York, "en particulier parce qu'il n'a pas du tout pris le temps de comprendre notre activité ou pourquoi les +daily fantasy sports+ sont clairement un jeu d'habileté", selon un communiqué posté sur le site du groupe.

"Nous sommes en profond désaccord avec son raisonnement", a ajouté DraftKings, qui dit étudier tout moyen juridique pour "s'assurer que le demi-million de clients de l'Etat de New York puisse continuer à jouer aux jeux qu'ils aiment."

"Ce jeu est pratiqué légalement depuis des années, mais lorsque le procureur a réalisé qu'il pouvait se faire de la publicité, il a décidé que ce jeu (...) était soudain devenu illégal", a commenté, pour sa part, FanDuel dans un communiqué posté sur son site.

rcw-tu/plh