NOUVELLES
11/11/2015 18:20 EST | Actualisé 11/11/2016 00:12 EST

Brésil: le CPJ dénonce le meurtre d'un journaliste, le cinquième en 2015

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a appelé mercredi les autorités brésiliennes à élucider le meurtre d'un journaliste brésilien, le cinquième depuis le début de 2015.

Israel Gonçalves Silva, journaliste dans une radio communautaire, a été tué par balle mardi à Lagoa de Itaenga, une petite ville située à 65 kilomètres de Recife, dans le nord-est du Brésil. Son meurtrier a pris la fuite sur une moto sans prendre aucun des objets qu'il avait sur lui.

Ce journaliste animait une émission dans laquelle il critiquait durement les autorités locales. Selon des confrères cités par la presse, il avait reçu des menaces de mort. Quatre suspects, dont deux sont mineurs, ont été interpellés à la suite du meurtre.

"Nous sommes profondément préoccupés par la recrudescence alarmante de la violence meurtrière contre les journalistes au Brésil, l'un des pays les plus dangereux au monde pour la presse", a déclaré dans un communiqué Carlos Lauria, coordonnateur du programme du CPJ pour les Amériques.

"Nous demandons que les autorités brésiliennes mènent une enquête exhaustive sur ce crime, établissent s'il est lié au travail de Silva comme journaliste, et traduisent en justice tous les responsables", a ajouté M. Lauria.

Quatre autres journalistes ont été tués depuis le début de l'année au Brésil "en relation directe avec leur travail", a rappelé le CPJ, organisation internationale indépendante de défense des journalistes qui a son siège à New York.

Depuis 2011, 16 journalistes ont été tués au Brésil. Le pays occupe la onzième place dans le classement qu'établit le CPJ sur l'impunité des responsables de meurtres de journalistes.

jt/tm/plh/mba