NOUVELLES
11/11/2015 18:32 EST | Actualisé 11/11/2016 00:12 EST

Birmanie: le président "félicite" Aung San Suu Kyi pour sa victoire électorale

Le président birman s'est joint au chef de l'armée pour féliciter l'opposante Aung San Suu Kyi après sa victoire aux élections historiques de dimanche, promettant de tout faire pour faciliter la transition de l'ex-Etat paria vers la démocratie.

"Bienvenue à la nouvelle garde", écrit le journal officiel Global New Light of Myanmar jeudi, sous une photo du président Thein Sein.

"Nous voudrions féliciter" Aung San Suu Kyi pour "avoir remporté l'approbation du peuple" lors de ces premières élections libres depuis un quart de siècle, dit le président Thein Sein dans un communiqué publié mercredi soir sur le site de la présidence.

Avec l'adoubement désormais du président et du chef de l'armée, une alternance historique est en marche en Birmanie.

La stratégie ces derniers jours de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi, a été de laisser au gouvernement post-junte le temps de se faire à la nouvelle.

L'opposante évite les apparitions publiques et a donné à ses partisans la consigne de rester chez eux.

La Prix Nobel de la paix, loin de l'époque où elle était assignée à résidence par le régime militaire, s'apprête à reprendre lundi le chemin de Naypyidaw, la capitale administrative située à cinq heures de Rangoun, pour la reprise de la session parlementaire.

Celle qui est députée depuis 2012 (à la faveur de législatives partielles s'étant révélées un raz-de-marée pour la LND) aura alors l'occasion de rencontrer le président Thein Sein pour parler de la mise en place de la transition.

Celle-ci devrait prendre du temps, l'assemblée sortante devant encore se réunir plusieurs mois avant de céder la main à la nouvelle majorité parlementaire.

Aung San Suu Kyi et sa quarantaine de députés de la LND se retrouveront ainsi coincés jusqu'à fin janvier dans le rôle d'opposition parlementaire, face aux 331 députés de l'USDP pro-pouvoir et à la centaine de députés militaires non élus, une prérogative héritée de l'époque de la junte.

Le nouveau Parlement n'entrera en fonction que début 2016, sans doute en février ou mars.

hla-dth/mba