DIVERTISSEMENT
11/11/2015 10:47 EST | Actualisé 12/11/2015 09:46 EST

«Aurorae»: les aurores boréales à portée de vue au Planétarium de Montréal Rio Tinto Alcan (VIDÉO/PHOTOS)

Entrevoir dans le ciel étoilé l’éveil d’une aurore boréale est le rêve de beaucoup de personnes dans le monde. La nouvelle production immersive Aurorae, présentée depuis mercredi au Planétarium Rio Tinto Alcan, invite le public à découvrir les secrets de ces magnifiques phénomènes atmosphériques sans quitter Montréal.

Pendant trente minutes, les fameuses aurores boréales défilent sur l’écran à 360 degrés du théâtre de la Voie lactée. Recueillies à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, les magnifiques séquences sont le fruit des employés du planétarium, Sébastien Gauthier et Loïc Quesnel.

Les deux hommes se sont rendus en mars dernier dans les terres glaciales du Nord canadien muni de leur caméra haute résolution. Pendant dix jours, ils ont filmé sur la surface gelée du Grand lac des Esclaves les nombreuses danses fluorescentes des aurores boréales, sous des températures extrêmes frôlant le moins 40 degrés Celsius.

Galerie photo «Aurorae» au Planétarium Rio Tinto Alcan Voyez les images

Découvertes et mystères

Aurorae est née à partir de ces images mises en scène par Philippe Baylaucq et Sébastien Gauthier avec une trame musicale signée Maxime Morin, alias DJ Champion. Le résultat est spectaculaire tant les aurores boréales continuent de fasciner notre imaginaire. Elles sont là nombreuses et lumineuses. À travers leurs farandoles nocturnes, un animateur explique les mystères de ces manifestations qui nourrissent tous les mythes des peuples du cercle polaire.

Car pour qu’une aurore boréale pénètre la nuit arctique (ou antarctique avec les aurores australes), une succession d’événements naturels doivent se produire impliquant les atomes de notre atmosphère, les champs magnétiques terrestres et les éruptions solaires. Tout cela est vulgarisé par des séquences d’animation précises et réussies.

Malgré les connaissances des scientifiques, quelques énigmes résistent encore. Par exemple, d’où viennent ces aurores «noires» observées sous les pôles? Et puis, des témoins jurent avoir entendu des sons produits par les aurores boréales, pourtant nées à 400 kilomètres au-dessus de nos têtes. Impossible d’entendre quoi que ce soit à une telle altitude et pourtant…

Aurorae est un beau spectacle, instructif et onirique. Seule ombre au tableau: la musique omniprésente, presque trop envahissante. On aurait aimé un petit moment de silence afin de profiter d’une totale expérience d’immersion, le temps de croire que les aurores boréales peuvent se suffire à elles seules.